Archives par mot-clé : windows

Logiciel : Une pub avec et pour VLC

Surprise ce matin en regardant BFM TV : lors d’une des coupures pub, une voix dit « avez-vous déjà regardé un film … avec un plot ? » tandis que le plot illustré ici à droite tombe du haut de l’écran. Juste après, on voit que l’annonceur est 01Net, à propos de sa rubrique proposant des téléchargements de logiciels. Le nom de VLC est cité, et même s’il n’est pas précisé que ce logiciel ô combien puissant et pratique est issu du monde de l’Open Source et du Logiciel Libre, j’y vois un signe encourageant.

Pourquoi ? Tout simplement parce que les projets GPL à succès sont généralement présents sur plusieurs systèmes d’exploitation, de Windows à Linux en passant par Mac OS. Et si un utilisateur peut garder ses repères pour les logiciels qu’il utilise, l’OS en lui-même devient alors « accessoire » car il ne bride pas l’utilisateur au niveau des logiciels qu’il pourra y utiliser. Et c’est bien là là force principale du Logiciel Libre : montrer aux gens qu’ils peuvent avoir le choix. Et donc, qu’ils sont libres ; ce qui finit toujours par donner de bonnes idées.

L’Allemagne abandonne Linux

Après 10 ans à promouvoir le Logiciel Libre, le Ministère des Affaires Étrangères allemand fait volte-face et vient d’expliquer qu’au regard de coûts inattendus, les postes client (et donc des utilisateurs) vont abandonner GNU/Linux pour revenir à Microsoft Windows, avec dans la foulée la suite Office de Redmond et Exchange. Donc exit Firefox ou LibreOffice. L’article complet est à lire sur Numerama et ne manquera pas de déprimer tous ceux qui croient fermement que les logiciels libres ont leur place dans le monde de l’entreprise.

Les arguments avancés ressemblent beaucoup à ceux régulièrement utilisés par Microsoft pour effrayer ceux qui souhaiteraient effectuer la migration, mais à mon avis, le plus gros frein est le facteur humain. Malgré tout l’optimisme qu’on peut mettre à libérer (vraiment !) un parc informatique de logiciels aux licences abusives et aux performances perfectibles, tant que l’utilisateur ne voudra pas faire un effort d’adaptation, même dérisoire, rien ne pourra bouger. Pour en avoir fait l’expérience, changer de navigateur internet n’est pas dérangeant pour l’utilisateur lambda … tant que vous laissez l’icône d’Internet Explorer. Alors changer tout un système et faire face à la disparition du menu Windows, je n’ose imaginer la « détresse » de certains. Et pourtant, le Démineur existe même sous OpenSUSE ou Fedora.

Allez, pour se remonter un peu le moral, on ira lire cet article du portail Alionet expliquant que la Bourse de Londres bascule sous SuSE Linux Enterprise.

Et dans la série « je crois que mon cas particulier vaut pour tous », une entreprise peut tout à fait fonctionner en n’utilisant que des logiciels libres. Pour ça, il faut que ceux en charge du système informatique sortent du schéma « je reste sur mes acquis d’il y a 20 ans et je refuse de faire un effort de formation ». Tout le monde aurait à y gagner sur le long terme. Mais qui a encore des politiques à long terme ?

Glympse, l’appli Android pour les inquiets

Avec un téléphone mobile, on est repérable assez simplement. Non, je ne parlerai pas du flicage qu’on peut légitimement craindre de la part de certains États ou sociétés.

Ici, le suivi en question est volontaire et peut même être utile. En cas de long trajet pour rejoindre la famille, et la période de Noël s’y prête bien, qui n’a pas déjà eu droit au coup de fil obligatoire, simplement pour indiquer où il en était sur le trajet ? On peut aussi citer le classique « Mais b*rdel, t’es où ? » quand on est en retard pour une réunion importante.
Pour ces deux cas, j’ai bien accroché sur l’application Glympse. Elle n’est pas spécifique à Android car on la trouve également sur iOS (Phone) et Windows Mobile.
On définit soi-même la durée pendant laquelle on peut être suivi en temps réel, de 5 minutes à 4 heures (et pour les très longs trajets ? On lance un nouveau Glympse …) et on choisit qui peut le voir. Les personnes sont averties par mail ou SMS.

Bingo, plus besoin d’envoyer des SMS ou de passer des appels juste pour dire qu’on est dans un bouchon sur la 4 voies, ou qu’on est à mi-chemin, aux abords d’un bled totalement perdu. On peut même choisir d’afficher la vitesse à laquelle on se déplace. Option à utiliser avec parcimonie …

Ta mère s’inquiète quand tu prends la route ? Envoie un glympse et soulage ta conscience. Elle ne sait pas aller sur le net et continue à t’appeler toutes les 10 minutes ? Pas d’bol !

Lien vers le site de Glympse et une vidéo de présentation (en anglais dans les deux cas) : www.glympse.com

Clementine plus digeste que Amarok ?

L’an passé, je m’étais fendu d’un billet sur l’évolution d’un logiciel libre. En l’occurrence, il s’agissait d’Amarok qui passait alors de la branche 1.x à 2.x, non sans heurts. Le billet peut être consulté sur mon ancien blog. Il n’est pas tendre avec les développeurs d’Amarok. Mais même avec un an de plus à utiliser le logiciel, je persiste : Amarok 2 est devenu trop gros, trop lourd, et fait tout sauf le café. Or j’aime le café, et ne pas en proposer est une hérésie. Hem pardon …

Plus sérieusement, le changement n’a pas été qu’esthétique en passant à Amarok 2, à l’époque justifié par le passage à Qt4. Certes, quelques améliorations ont été bienvenues. Dans mon cas, c’est la possibilité de créer des listes de lectures dynamiques qui m’a finalement fait revenir vers Amarok 2. Mais sa lourdeur devient peu supportable, et surtout peu justifiable.
Ayant, je l’avoue, un peu lâché l’affaire, je suis tombé ce matin sur un billet de Syvolc présentant un logiciel du nom de Clementine. Il s’avère que Clementine (pour simplifier) un portage de Amarok 1.4 utilisant Qt4. Dites donc, ce n’est pas ce que les utilisateurs attendaient et que les développeurs d’Amarok n’ont pas pu ou pas souhaité leur offrir ? Mais si ! Et Clementine répond tout à fait aux besoins en question.

Clementine sous GNU/Linux. Ce qu'aurait dû être Amarok 2 ?

Amarok, en deux fois moins lourd …

C’est bien simple, Clementine utilise de 30 à 50 % de ressources en moins par rapport à Amarok 2. Et même si les machines récentes peuvent tout à fait supporter des applications « un peu lourdes », voir un système perdre en réactivité pour de telles raisons m’agace toujours.
Si vous voulez essayer ce logiciel, allez sur son site : http://code.google.com/p/clementine-player/ mais sachez que logiquement, les dépôts de votre distribution favorite devraient déjà le contenir, comme c’est le cas sur openSUSE. D’ailleurs, Clementine est même disponible pour Windows et Mac OS X, si vous n’avez pas le choix du système d’exploitation de votre ordinateur.
Seul bémol à ce jour : la somme de petits outils développés pour Amarok (widgets de bureau, etc) risque de ne pas fonctionner avec Clementine. Mais je parie qu’il faudra peu de temps pour que l’adaptation soit fonctionnelle. C’est aussi ça la force du Logiciel Libre, proposer l’exhaustivité, laisser le choix, et permettre une incroyable réactivité.

Quel avenir pour les smartphones ?

À lire chez Les Numériques, un article à propos des smartphones, du côté matériel, mais aussi logiciel, avec de bonnes questions quant aux forces et faiblesses des concurrents. Et ils sont nombreux, de Apple avec l’iPhone à Google avec son système Android en passant par le Symbian de Nokia et le retour de Microsoft, sous la bannière d’une Windows 7 Mobile. http://www.lesnumeriques.com/article-947.html

Là où beaucoup voient en 2010 une année Android ou rien, j’espère qu’il sera plutôt question d’une meilleure ouverture, et que — ENFIN ! — le système d’exploitation s’efface totalement, au profit de l’utilisabilité.