Archives par mot-clé : tva

3T : Téléphonie, TVA et …

Retour en arrière. Pas de beaucoup, environ un an. À l’époque, la TVA appliquée aux forfaits internet et téléphoniques change. Le taux doit être intégralement de 19,6 % et non pas un mélange de 19,6 % et 5,5 %. Les opérateurs téléphoniques s’étaient, bien avant, jetés sur la possibilité de réduire le taux de TVA sur une partie du forfait au prétexte qu’on pouvait regarder la télévision avec son téléphone. Sur cette partie, il fallait donc une TVA réduite.

Passons sur le fait que tous les forfaits ont bénéficié de cette réduction de TVA, quand bien même ledit forfait ne permettait pas de regarder la télévision. Oublions rapidement que la baisse de TVA n’a pas été répercutée sur les prix publics. En revanche, l’an dernier, Orange et SFR se sont empressés de chiffrer les hausses que cette nouvelle TVA allait entraîner. De +1 à +9 € pour SFR et +1 à +3 € pour Orange. Pour la bonne blague, jetez un œil au tarif Illimythics International : 165 €. Il y a un an à peine …

Donc, l’an dernier, ces opérateurs criaient que la hausse du prix public était une obligation, que les marges ne permettaient pas d’absorber cette hausse incroyable. Bref, qu’ils allaient tous mourir s’ils baissaient leurs tarifs. Bouygues Télécom avait finement joué, retardant son annonce, pour, au dernier moment, déclarer que chez eux, les prix ne bougeraient pas, ce qui avait généré pas mal de résiliations et migrations.
Mais là, maintenant que Free Mobile vient d’annoncer des tarifs bien moins élevés, jugés il y a peu « intenables » par Bouygues, Orange et SFR, les choses bougent. Et même bien trop facilement et bien trop vite, comme chez Virgin et Sosh. C’est d’ailleurs demain que Orange doit présenter ses nouveaux tarifs, ce qui promet d’être intéressant.

Donc, ces marges (à en croire les trois goulus) « tellement ténues que leur suppression aurait entraîné des plans sociaux » semblent faciles à réduire puisque les prix fondent miraculeusement de 40 %. Dites donc, dans le titre, je parle de 3 T, dont Téléphonie et TVA. Monsieur Bouygues/Orange/SFR (rayez la mention inutile), le troisième T, c’est : T‘as pas l’impression de te foutre la gueule de tes clients ?

TVA : Free et ses nouveaux tarifs

Ce billet est la suite − ou plutôt la version longue − du commentaire que je viens de poster sur l’excellent blog du Nain Posteur à propos des augmentations à venir des tarifs de Free, et notamment de cette application des nouveaux taux de TVA. On en parle déjà partout, je ne répèterai donc pas la base des annonces. La TV chez Free va coûter 1,99 € à ceux qui souhaitent utiliser l’option (bientôt facultative donc) ? Tant mieux pour tout le monde !

Contrairement à beaucoup, je ne vais pas me plaindre pour l’option TV. Ceux qui avant ne l’utilisaient pas (et la payaient pour rien) payeront toujours autant, sans avoir accès à la TV. Ceux qui l’utilisaient, et sont donc soumis de plein fouet à cette hausse de la TVA, payeront ladite TVA. Les hurleurs qui disent qu’ils ne veulent pas payer le même prix pour un douple-play quand ils n’avaient pas l’usage de ce triple-play sont tellement … Français (à râler pour le sport) 😉
En revanche, je suis comme le Nain Posteur, à me demander quelle est la justification de cet « accès à la boucle locale » facturé 5,99 € sans autre explication.
Pour ceux qui ne sont pas dégroupés, là, ce n’est plus un coup de massue, mais un coup de Jarnac, qui fait que pour plus cher, on aura tout juste autant qu’avant, voire moins, et ça, Monsieur Niel, ça va faire beaucoup de mal à l’image de votre enreprise, les clients vont passer du « j’ai Free, j’ai tout compris » à « j’ai Free, j’ai plus tout, mais j’ai rien compris ».

En ce qui concerne les sangsues d’ayant-droits à qui l’ont doit déjà les taxes pour copie privée, les DRM, HADOPI et autres chinoiseries du Web français, j’irai cracher sur leurs tombes.

Ultime question : pourquoi personne dans les médias ne se scandalise d’une TVA qui fait gonfler les prix quand elle augmente, mais ne les pas fait baisser quand elle est passée de 19,6 % à 5,5 %, parfois sur la moitié du tarif, même quand la TV n’était pas disponible ?