Archives par mot-clé : smartphone

HTC Desire : Changer la vitre tactile

À l’usine, des fées se postent au bout de la chaîne de montage afin de choisir la destinée des smartphones prêts à être empaquetés. Et parfois, c’est la stagiaire qui se pointe. Nommée « Pas d’bol », elle est la garantie d’une vie souvent acrobatique, parfois écourtée. Apparemment, c’est le cas de ce HTC Desire (pas le mien) qui a en trois semaines connu les joies de la plongée et du saut sur béton façon Jackass. Si vous avez vous aussi hérité d’un modèle plombé par le destin, sachez que ce n’est pas irrémédiablement voué à finir à la poubelle.

Réparer un HTC Desire

Symptôme (visible à droite) : Une vitre fendue dans tous les sens suite à une rencontre fortuite mais intense avec un sol en béton. Pas de panique, ne le jetez pas ! Si l’écran placé sous la vitre tactile est encore entier, ça ne va quasiment rien vous coûter. Direction eBay, où on trouve une vitre pour 29 € (ici en ce qui me concerne), livrée avec deux outils bien pratiques : une clef Torx T5 et un machin en plastique qui servira à déclipser ce qui n’est pas vissé. Pour la marche à suivre, j’ai trouvé ce guide, assez bien fait et qui a la particularité d’être mis en ligne par une boutique spécialisée dans … la réparation de smartphones. Merci à eux de dire comment il font, c’est un comportement assez rare et à applaudir.
Bon, ne rêvez pas, la marche à suivre n’est pas filmée et ils évitent certains détails, comme vous rappeler de bien regarder comment sont agencés les nappes avant de les démonter, car au remontage, il faudra être minutieux. Mais dans l’ensemble, il y a de quoi s’en sortir.

Je sollicite d’avance votre indulgence pour les photos, prises avec un antédiluvien Canon PowerShot A610 et au flash car il était environ minuit.

Le matériel

Munissez-vous d’un sèche-cheveux, d’un petit tournevis cruciforme, de scotch double face costaud (genre 3M), des outils livrés avec la vitre (torx T5 et zigouigoui en plastique) et de café. N’oubliez pas un plan de travail dégagé. Pour ma part, j’ai utilisé deux feuilles A4, histoire de repérer les éléments retirés et d’avoir un surplus de luminosité grâce à la lampe de bureau qui m’éclairait.
C’est bête, mais si la vitre est à l’avant du téléphone, on y accède par l’arrière, ce qui va imposer de démonter TOUT le smartphone. On enlève donc le cache batterie, la batterie, la carte SIM et la Micro-SIM. Comme expliqué dans le guide initial, il faut ensuite faire sauter un cache. C’est là qu’on utilise trucmuche en plastique, sans jamais forcer ! Assez rapidement, on se retrouve avec ce qui est présenté à droite. On distingue bien les deux pastilles chargées de passer du blanc au rouge si le téléphone prend l’eau. Ici, elles sont rouges ce qui confirme que le séjour aquatique de quelques secondes n’a pas été anodin. Pour ça, je vous livre la solution en fin de billet. Au passage, on peut constater que le principe du vibreur est bête comme chou. Un moteur fait tourner un poids qui est tout sauf équilibré. Du coup, quand ça tourne, ça vibre. L’inconvénient du système, c’est qu’il occupe beaucoup de place dans un téléphone où elle est parfois comptée.

La carte-mère du Desire tient par cette seule vis, en haut à gauche sur la photo. Il faut ensuite déclipser l’antenne pour pouvoir soulever la partie supérieure de la carte-mère. Et comme dans plein de domaines, si le haut s’est vite enlevé, pour le bas, il faudra être plus persévérant. Il convient auparavant de dégager les trois nappes souples correspondant au clavier (les 4 touches présentes en bas du téléphone), à l’écran et à la vitre tactile. Ce sont ces trois nappes qui seront votre plaie au remontage. Prenez des photos, ça aide au remontage pour ne pas se planter. Comme on peut le voir sur le cliché, les nappes sont petites et bourrées de connecteurs, il faudra donc être attentif lors du remontage, sous peine (au hasard …) d’avoir un smartphone qui démarre mais sans écran ou sans clavier.

 Une fois que tout est enlevé et que vous avez bien noté comment étaient installés les boutons Power et Volume, ça devrait ressembler à la photo ci-contre.Un peu comme chez iFixit mais en moins pro. Il faut alors prendre un sèche-cheveux et chauffer la vitre cassée pour ramollir la colle qui la maintient contre l’habillage. Et là, même quand la vitre sera sortie de son logement, attendez-vous à gratter. En effet, chez HTC, ils ont mis une quantité de colle monumentale. Une fois que le cadre est propre, on met du double face, comme expliqué ici et on remonte son téléphone dans le calme. Je me répète, mais prenez garde aux nappes souples et ne forcez jamais.

Ha, un détail : quand vous manipulez la vitre et  l’écran AMOLED (SLCD dans notre cas), utilisez des gants. Se retrouver avec une belle trace de doigt sous la vitre, ce serait rageant. Et vérifiez avant de coller la vitre (ce qu’on fait en dernier) qu’aucune saleté n’est entrée. On voit ici un cheveu qui devra partir. Pour ça, le top reste la bombe d’air sec.
Si vous avez travaillé dans le calme et que vous n’avez pas couru après les vis ou laissé tomber votre café/coca sur le plan de travail, vous devriez avoir terminé en une petite heure et vous pourrez assister, ébahi mais fier au boot d’un smartphone ayant retrouvé sa jeunesse. Bon, dans mon cas j’ai prolongé le plaisir car au premier remontage, l’écran ne s’est pas allumé, pour cause de nappe mal fixée (qu’est-ce que je disais, hein ?). Ensuite, quand tout allait bien, je me suis rendu compte que je n’avais pas refixé la carte-mère avec sa vis, donc rebelote. Le bon côté, c’est qu’à présent je suis rodé pour les HTC Desire. Et comme je me suis fait la main sur celui-ci, le mien ne fait pas peur si par malheur il devait lui aussi se faire fracasser la face.

Franchement, malgré le temps demandé, pour moins de 30 euros, repartir avec un smartphone en parfait état, ça vaut le coup (et le coût). Ne jetez pas votre téléphone quand il peut être réparé.

La galerie d’images

Mon téléphone n’a pas su nager, que faire ?

Simple, le sécher. Enfin enlever toute trace d’humidité à l’intérieur. Pour ça, il faut tout de suite enlever la batterie. Évitez d’appuyer sur le bouton Power, ça fait toujours ça d’eau en moins à l’intérieur.
Ensuite, on pose le tout dans une boîte vraiment étanche (Tupperware par exemple) remplie de riz. Le riz va absorber l’humidité présente dans la boîte. Comme celle-ci est étanche, elle va sécher l’intérieur de votre téléphone. En deux jours, cela devrait suffire à redémarrer votre smartphone sans appréhension. Bien entendu, le riz devra être cru …

Applis : Les différences Google / Apple

Entre Android de Google et iOS d’Apple, les guerres d’applications sont légion, et sur tous les terrains. Beaucoup de sites traitant d’informatique publient des actus ponctuelles sur le nombre d’applications sur le Market des vilains ou le Store des gentils (ou le contraire). On a également droit à des comparatifs sur les téléchargements comparés d’une plate-forme à l’autre, à jeu identique, avec Angry Birds comme nouvelle unité de référence.
Mais avant d’être distribué, une application doit être développée, non ? Et là, dur de trouver des infos. N’étant pas développeur, je n’ai donc que ce strip à vous livrer, trouvé au gré de mes pérégrinations twitteriennes. Du coup, je ne sais pas si tout est vrai.
Mais les certificats et le Mac quasi-obligatoire ne me surprendraient pas, tandis que la différence de tarif pour avoir le droit de placer une application sur le Store ou sur le Market me sidère totalement. C’est confirmé, Apple ne fait pas son beurre sur le matériel, et l’iPhone 6 ne va pas inverser la tendance.

Jeu : Les consoles portables sont-elles condamnées ?

La question n’est pas neuve, loin s’en faut. Mais devant les chiffres de vente décevants de la 3DS, au point que Nintendo baisse son prix de 40 % en peu de temps,  alors que les smartphones ont réellement décollé, on peut une nouvelle fois s’interroger. Les téléphones actuels ont des caractéristiques très impressionnantes, et même les futures consoles portables leur seront, techniquement, inférieures. Ajoutons à cela un changement du profil des joueurs, et on peut se dire qu’une page va sans doute se tourner.

Un smartphone peut jouer. Une console ne téléphone pas.

La remplaçante de la Sony PSP, nommée PS Vita, est actuellement officiellement détaillée pour le GamesCon, et JeuxVideo.fr en livre certains éléments :

Ecran : 5 pouces (16:9), 960 × 544, Approximativement 16 millions de couleurs, OLED (Touch screen) Multi touch screen (capacitive type)

Pourquoi je ne parle que de l’écran ? Simplement parce que le joueur lambda et occasionnel se contrefout du reste. Le fameux « casual player », ce joueur aux antipodes du gamer acharné, privilégie le fun et le plaisir d’un petit jeu plutôt que les graphismes ultra chiadés d’un jeu qui demandera 20 heures ou plus pour être fini. Et ce client, il représente non seulement la majorité, mais également celle qui est potentiellement la plus apte à investir. Sur la Sony PS Vita, l’écran fait à peine mieux que les récents smartphones, bien qu »un peu plus grand. Dans quelques mois arriveront des téléphones aux écrans de 4,3 à 4,6 pouces avec des dalles de 1280 × 720 pixels (source 1, source 2). Un affichage HD au creux de la poche …

Et ces téléphones permettront de jouer, regarder un film (pour le Seigneur des Anneaux, on oubliera hein), aller sur internet, chatter, filmer et même – une option de folie – téléphoner. À côté de ça, même avec une jouabilité originale pour cause d’écran tactile déporté sur l’arrière de la console, la PS Vita ne peut rivaliser. Et j’imagine mal un joueur occasionnel dépenser 250 €, hors jeux, dans une console somme toute assez limitée quand un téléphone pas beaucoup plus cher lui en offrira bien plus, même au rayon amusement.
Sony Ericsson s’est déjà lamentablement planté avec le XPeria Play, hybride foireux entre un téléphone et une PSP, Nokia avait essayé les plâtres avec l’ignoble N-Gage. Jouer à Uncharted loin de son salon, ça en fera rêver quelques-uns. Mais sont-ils assez nombreux pour assurer la survie d’une console et les frais de développement des jeux à venir ? Rien n’est, à mon avis, moins sûr.

Sega s’est retiré du marché des consoles et produit aujourd’hui des jeux. Nintendo et Sony devraient commencer à envisager la solution suivante : produire des consoles de salon toujours plus poussées, mais sans délaisser le jeu mobile par le biais de jeux adaptables sur les différents smartphones du marché, que ce soit sur iPhone avec l’Apple Store ou Android via le Market.
En regardant vos usages et ceux de votre entourage, vous achèteriez une console dédiées au jeu mobile ?

Manipulation de chiffres

Derrière cette innocente et amusante citation lue sur DansTonChat, il y a malgré tout un fait notable. La discussion parle à coup sûr de la déclaration de Brice Hortefeux sur les chiffres de la délinquance, d’après lui en hausse notamment à cause de vols de téléphones portables.

<davromaniak> il a quand même dit que les vols de smartphones augmentent depuis quelques années
<chpo> surtout depuis qu’il y a des smartphones
<chpo> davromaniak: en 20 ans, les vols de laptops ont explosés
<chpo> et y a bien plus de vols de voitures aujourd’hui qu’il y a 100 ans
<chpo> le crime augmente, où va le monde, je vous le demande

Passons rapidement sur le fait que ces statistiques sont à prendre avec d’énormes pincettes, les opérateurs donnant le mode d’emploi pour « arnaquer » les assurances en fabulant sur des vols commis de préférence par « un grand noir qui courait vite » (lire l’article de Rue89 à ce sujet). Ce qui est à relever, car tellement vrai qu’on l’aurait oublié, c’est que de tels données sont toujours à remettre dans le contexte. Effectivement, on vole de plus en plus de smartphones. Mais il y en a de plus en plus, donc à proportion égale de vols, le nombre de téléphones volés explose.

Il en est de même pour les stats de la Sécurité Routière, où les baisses du nombre de tués sont mises sur le fait des radars et les hausses sur le dos des inconscients, et donc on annonce une nouvelle salve d’installation de radars. Alors qu’étrangement, jamais on ne parle de la météo, qui conditionne directement le nombre de kilomètres parcourus, et donc le risque que des accidents aient lieu. Mais l’honnêteté quand on vante la culture du chiffre, c’est une histoire à (faire) dormir (les électeurs) debout …

HTC Desire : La libération Gingerbread

Passer sous Android 2.3, ça change tout !

Si si, vraiment. Je ferai un article plus complet pour tout expliquer, mais si vous avez un HTC Desire, ne perdez pas espoir. La limitation de la mémoire interne pour installer des applications (malgré la possibilité apportée par Android 2.2 d’en installer certaines sur la carte microSD) vous insupporte ? Vous trouvez votre téléphone de plus en plus lent ?
Arrêtez de chercher un remplaçant que allez payer à prix d’or si vous n’êtes pas en renouvellement de forfait : Android 2.3 comblera vos désirs.

Ordi ou smartphones : vive l’OpenSource

Les smartphones HTC sont souvent à la traine pour recevoir les dernières versions d’Android. Et cette Gingerbread, déclinaison 2.3 du système de Google, ne fera pas exception à la règle. Dès lors, passer sur une ROM alternative, construite à partir des sources, devient nécessaire. Complexe ? Pas trop, mais ô combien jubilatoire quand vous redécouvrez votre téléphone comme si on lui avait greffé un nouveau processeur. Merci Oxygen ! Cerise sur le gâteau : malgré plus de 110 applis installées, il me reste quasiment 70 MB de disponibles (voir capture ci-dessous), en sachant que chaque nouvelle application prendra de 150 à 400 KB. Voilà de quoi voir venir, et d’aider à faire passer la pilule du « Mouais, HTC Sense était quand même plus léchée comme interface ».

La suite très vite. En attendant, meilleurs vœux !

Oxygen Android 2.3 pour Desire

Android 2.2 rend les batteries capricieuses ?

La récente mise à jour avec Android 2.2 (également appelée Froyo) sur les HTC Desire fait déjà parler d’elle. Alors que certains se plaignent d’une batterie qui tient moins longtemps qu’avant, j’ai la chance d’expérimenter un problème plus tordu, et certainement plus original, mais finalement plus inquiétant. Surtout pour HTC si le souci survient de manière plus générale.

Comme d’autres, j’ai constaté que depuis l’arrivée de Froyo mettait sacrément la batterie du HTC Desire à l’épreuve. En une journée d’utilisation classique (et non intensive), le passage par le chargeur devient obligatoire, quand on pouvait s’en contenter un jour sur deux avec Android 2.1. Certains désignent la nouvelle version de l’application Facebook, apparue en même temps, de cette surconsommation, mais le résultat est presque le même en empêchant cette application de tourner en arrière-plan (la chute est un peu moins rapide).
Plus inquiétant, j’ai eu un message d’erreur inédit hier soir, en voulant recharger le téléphone via un câble USB branché sur mon ordinateur. Je n’ai plus l’intitulé exact, mais le téléphone se plaignait d’une « insuffisance de puissance de courant d’entrée » et demandait à être connecté à un chargeur.

Comme vous le savez sans doute, un port USB d’ordinateur débite un courant à 500 mA, soit deux fois moins qu’un chargeur USB. Voulant pousser le test, j’ai laissé mon téléphone connecté toute la nuit (éteint …) sur le port USB de l’ordinateur. La charge a été tout simplement nulle. Encore plus amusant, quand le téléphone est allumé et qu’on le branche sur un port USB (d’un autre ordinateur, des fois que …), la batterie se vide tout de même doucement mais sûrement (1 % par heure environ).

Je ne pense pas être le seul dont le HTC Desire voit sa batterie de vider alors même qu’il est supposé être alimenté par un port USB conventionnel.

A-t-on là un fonctionnement erratique limité au HTC Desire, une application Facebook qui doit être rapidement corrigée ou un énorme bug de la version 2.2 d’Android ?
Si vous êtes confrontés au même souci, avec un Desire ou un autre terminal, votre avis m’intéresse grandement.

Android 2.2 a débarqué sur le HTC Desire

C’est donc le 1er août que HTC a rendu disponible la mise à jour du système Android équipant son smartphone Desire. Alors que le passage du HTC Hero a Android 2.1 avait pris des mois et découragé nombre de possesseurs, cette fois, ce fut assez rapide.

Rappelons que le « retard » par rapport à la version nue de Android, mise à disposition le 24 juin par Google, est dû à l’interface Sense, spécifique à HTC. Elle plaît ou agace, mais elle fait partie intégrante des smartphones de la marque 😉

Au programme donc pour cet upgrade : d’abord, libérer 25 Mo sur le téléphone, ce qui impose de supprimer plusieurs applications car jusqu’à présent, tout est installé sur le téléphone, qui dispose d’un espace de stockage assez réduit. Une fois les 25 MB libérés, on lance le téléchargement (en wifi de préférence). C’est parti pour 90 Mo de données à rapatrier, puis environ 3 minutes de mise à jour effective.

Une fois la mise à jour effectuée, on constate que quelques icônes ont subi un agréable lifting, mais rien de révolutionnaire dans l’interface. Parmi les changements apportés par Froyo, il y a pour moi deux gros morceaux.

On peut enfin installer une application sur la carte mémoire, et pas obligatoirement sur le téléphone. Il faut que l’appli ait été développée pour cela (c’est le cas pour beaucoup, mais avec des surprises : même Google Earth ne l’est pas, cherchez l’erreur …), mais voilà enfin une limitation stupide qui saute.
Ensuite, et ce sera le cauchemar des opérateurs, le Tethering est en place. Une case à cocher pour activer l’option, un mot de passe à entrer et c’est parti, votre téléphone devient un point d’accès sans fil à Internet pour votre ordinateur portable (par exemple) dépourvu de clef 3G vendue à prix d’or. Bien entendu, il faudra éviter de se servir de cette connexion pour regarder des films, mais pour le boulot, voilà qui va faire plus que dépanner, et sans se voir facturer des sommes astronomiques par Bouygues, Orange ou SFR. Ils vont faire la gueule d’ailleurs, car même si le contrat interdit de se servir de son téléphone comme modem (tu m’étonnes, pas assez rentable), il leur sera difficile de le prouver. M’est avis que cette fonction sera étrangement absente des HTC Desire achetés en packs sous ROM Orange d’ailleurs.

Pour ceux qui cherchent comment déplacer rapidement vers la carte mémoire une application installée sur le téléphone : Paramètres → Applications → Gérer les applications. Ensuite, en cliquant sur le nom de l’application en question et si c’est pris en compte par le développeur, le bouton « Déplacer vers la carte SD » est accessible. On a connu plus compliqué. Pour les applis nouvellement installées, celles qui le peuvent s’installeront directement sur la carte mémoire, histoire de vous épargner des manipulations.
Autre détail agréable, on peut désormais demander à ce que les applications se mettent à jour automatiquement. Personnellement, je préfère le savoir, ne serait-ce que pour connaître la liste des améliorations de chaque version, mais la fonctionnalité est intéressante.

Allez, après avoir dégrossi mon Desire sous Android 2.2 Froyo, je retourne jeter un œil aux subtilités, comme la lampe torche utilisant l’écran ou la LED du flash, prise en compte nativement, sans devoir installer une appli ou un widget externe.

Android : Consulter Google Analytics

Si vous avez un site web et que vous n’avez pas forcément d’ordi sous la main pour jeter un œil à statistiques de connexion, il y a possibilité de le faire avec un téléphone sous Android. Bien évidemment, c’est un peu (franchement ?) accessoire pour les stats d’un petit site perso comme celui-ci par exemple. Mais quand c’est pour le boulot, consulter les stats s’avère assez vite indispensable.

Et comme Xiti est une usine à gaz sans nom, c’est Google Analytics qui se charge des analyses fines sur www.lequipement.fr. Pour des besoins très ponctuels, il y a un petit outil sympa, nommé mAnalytics mais qui ne permettra de consulter que le nombre de pages vues et de visiteurs. Pour en avoir presque autant que via l’interface web, l’application Droid Analytics vaut largement ses 99 centimes. Le QR Code permettant de le télécharger est dispo ci-contre.

J’ajouterai des captures persos plus tard, mais je dois dire que je suis bien content du comportement de cette appli sur mon HTC Desire. Aucun bug, une lisibilité parfaite. l’ergonomie arrive même à être plus efficace que sur le site. Que demander de plus ? La gratuité ? Sans doute, mais franchement, moins d’un euro, pour les services rendus (si vous en avez besoin, comme toujours …) c’est finalement peu.

Droid Analytics en action

Quel avenir pour les smartphones ?

À lire chez Les Numériques, un article à propos des smartphones, du côté matériel, mais aussi logiciel, avec de bonnes questions quant aux forces et faiblesses des concurrents. Et ils sont nombreux, de Apple avec l’iPhone à Google avec son système Android en passant par le Symbian de Nokia et le retour de Microsoft, sous la bannière d’une Windows 7 Mobile. http://www.lesnumeriques.com/article-947.html

Là où beaucoup voient en 2010 une année Android ou rien, j’espère qu’il sera plutôt question d’une meilleure ouverture, et que — ENFIN ! — le système d’exploitation s’efface totalement, au profit de l’utilisabilité.

La miette devient mobile

Parce qu’il n’est pas évident de se promener avec son ordinateur (il faut une sacrée rallonge) ou son laptop avec une clef 3G qui fait de l’illimité trop limité, on est vite tenté de surfer depuis son téléphone mobile, également appelé smartphone par ceux qui aiment donner des jolis noms à chaque fausse nouveauté.

Que vous possédiez un iPhone, un appareil sous Android (les Googlephones) ou un Blackberry, vous pouvez profiter d’une version adaptée de ce site. Histoire de ne pas faire de jaloux, il y a d’ailleurs plusieurs noms pour accéder … à la même chose.
À vous de choisir entre iphone.ptitlu.org et android.ptitlu.org.

Si par hasard vous avez cliqué sur ces liens avec votre ordinateur et que vous souhaitez retrouver le design d’origine, cliquez sur le bouton présent en bas de page.