Archives par mot-clé : sarkozy

La Culture doit rester une industrie payante

L’industrie de la Culture ne devrait pas changer de nom avant un moment. Et ce n’est pas moi qui le dit, c’est Nicolas Sarkozy dans son discours de Vœux au monde de la Culture.

Est-ce que l’on respecte ce qui est gratuit ? Non !

Avec une telle manière de penser, peut-on raisonnablement attendre quelque chose de constructif, que ce soit pour la musique, le cinéma, la littérature ou (et ce domaine m’est encore plus cher), les Logiciels Libres ? Car si libre ne veut pas nécessaire dire gratuit, le logiciel libre peut être gratuit, c’est même l’une des libertés de base.
Faut-il donc penser que pour le Chef de l’État, un logiciel libre n’est pas respectable ?
Sait-il que de très respectables entreprises ont basé un vrai modèle économique sur le Logiciel libre ?
Sait-il que les Logiciels Libres sont la solution permettant de pérenniser plusieurs entreprises et/ou projets ?
A-t-il seulement conscience que sans être un gaucho-anarchiste, on peut concevoir que la logique des Logiciels Libres peut apporter plus de connaissances au peuple, et donc plus de pouvoir, tout comme peut l’apporter le partage de la Culture ? Ha, en effet, ça il en a sans doute une vague idée.

Et donc, doit-on respecter ce qui est gratuit ? Dans ce cas, la réponse officielle a été donnée, c’est non. Et c’est triste.

Naissance, le bon plan pour du spam ?

C’était couru d’avance : aux premières contractions, le monde journalistique et pipeaulitique allait nous rebattre les oreilles de la naissance au sein de la famille présidentielle. Mais la palme (le pompon, la timbale, etc) revient à une entreprise dont je n’attendais pas vraiment un tel courrier.
Dans la série « tout est bon quand il s’agit de vendre », voici le spam reçu dernièrement.

 

De : « Kiabi » <contact@kiabi.com>
Date : 21 oct. 2011 23:01
Objet : Bienvenue à Giulia et toutes nos félicitations à Carla !

Vous aurez constaté la référence sans équivoque dans l’objet du mail : « Bienvenue à Giulia et félicitations à Carla ». Que faut-il en déduire ?

  1. Une liste de naissance a été déposée à Kiabi par Nicolas Sarkozy et Carla Bruni [c’est la crise ma brave dame]
  2. Kiabi incite à offrir des sapes à la petite dernière [fayotage Niveau 2]
  3. Leur département marketing est aussi fatigué que pitoyable

J’ai ma petite idée sur la question … Abonnés aux mails Pampers, préparez-vous à vous faire inonder dans les prochains mois. J’attends avec impatience de recevoir des mails de Afflelou pour me vanter les lunettes de Frédéric Lefebvre ou celui de la Fnac pour le Manuel de Courtoisie écrit par Nadine Morano.
Plus sérieusement : comment cet envoi de mail a-t-il pu être validé au sein de Kiabi ?

Et parce que je ne peux pas m’en mpêcher, un petit HS politique à propos de la dernière sortie de Marine Le Pen :

Je pense que quand on est président de la République française, il m’apparait comme un signal fort de donner à son enfant un prénom français. C’est mon côté patriote, et je pense que beaucoup de Français pensent la même chose que moi.

Qu’on approuve la politique qu’il mène ou les disques qu’elle a sorti, les deux parents sont bien libres de prénommer leur fille comme ils le veulent non ? Vouloir imposer, au nom d’une quelconque bienséance, un prénom, c’est avoir une étrange définition de la liberté. D’autant que parmi les Français dont elle estime qu’ils pensent comme elle, combien ont appelé leurs enfants Kelly ou Brandon … ?
Personnellement, je me soucie plus des éventuels passes-droits qu’un enfant présidentiel pourrait avoir que de son prénom.

Bon courage … avec ton président

La citation de la semaine nous vient d’Amérique du Sud, avec un président nouvellement élu qui déclare :

J’ai une grande admiration pour le président français Nicolas Sarkozy, un homme qui possède beaucoup de leadership et de force

Certes, la majorité l’a voulu, et donc tout le monde l’auras. Mais à toi, électeur chilien qui n’a pas voté pour Sebastian Piñera et prend peur en voyant ce qu’il se passe en France, bon courage !

Sources : Le Temps, Le Monde