Archives par mot-clé : respect

Peut-on rire de tout ?

À la question « Peut-on rire de tout ? » , la réponse est généralement « Oui mais pas avec n’importe qui ». C’est incomplet. Il faudrait dire qu’on peut rire de tout, mais pas de la part de n’importe qui.

Rapide résumé : comme l’expliquent Le Monde et Rue89, un piéton a été renversé par un motard de l’escorte de Nadine Morano. Apparemment, il a traversé en courant et n’a pas vu le convoi. Soit. Là où il y a un souci, c’est que ledit convoi était à contresens. Oui, le convoi remontait un sens interdit, afin que Nadine Morano puisse arriver rapidement à un aéroport pour vite retourner en Lorraine (d’ailleurs, petit-on rire de Toul ?).
Passons sur le fait qu’aucune urgence ne justifie de prendre un sens interdit. En revanche, le piéton s’en tire avec deux jours d’hospitalisation, un coma de deux jours, deux fractures du crâne et une balafre (rien quoi …)

Sur Twitter, Stépahne Guillon ironise :


À force d’être contre le jeu vidéo « Grand Theft Auto », Morano y a joué en vrai, bilan un piéton renversé par son escorte. 2 jours de coma!
@stephaneguillon
Stéphane Guillon

La réponse de Nadine Morano est incroyable :


@ ah si on pouvait rouler sur votre bêtise ça ferait du bien quelquefois !
@nadine__morano
Nadine Morano

En résumé, pour se soulager d’un poids, Nadine Morano voudrait rouler sur la bêtise de Guillon. De la part de quelqu’un qui a envoyé quelqu’un à l’hosto dans le coma et n’en a pas parlé dans la Presse, la réplique est très, très, malvenue. Elle voudrait laisser penser que les représentants du Gouvernement disposent à leur bon gré des petites gens qu’elles ne s’y prendrait pas autrement.
Un convoi forcé de contrevenir au Code de la Route (de manière flagrante) pour pouvoir rentrer dans un avion (le train, c’est seulement pour les prolos ?) dont l’heure de vol vaut plusieurs années d’abonnement SNCF, quand on explique aux gens qu’il faut se priver en période de crise : ça fait beaucoup pour une seule personne. Dans d’autres républiques, plus démocratiques, il y aurait eu des démissions plus rapides …

Enfin, pour ceux qui aiment l’humour, le vrai, pas celui qu’on se force à avoir pour ne pas pleurer devant le comportement abject de ceux qui pensent nous représenter, je vous laisse avec l’inénarrable François Rollin. On le trouve drôle ou pas, mais au moins, il ne se prend pas pour ce qu’il n’est pas. Il va vous expliquer si on peut rire de tout.

Et puisque les sorties fracassantes de Nadine Morano, sur Twitter ou ailleurs, exaspèrent de nombreux internautes et citoyens, je vous invite à lire ce billet de Madmoizelle.

Presse, titre et racolage

Décidément, à chaque jour son exemple. Je m’étais déjà agacé sur les journaux qui reprennent une info peu fiable dans le seul but de faire eux aussi partie de ceux qui parlent d’un évènement, comme l’arrivée de Google en tant qu’opérateur ou les tarifs de Free Mobile par exemple. Cette semaine, c’était les différences de traitement d’une info identique qui m’avait fait sourire, notamment par les titres des articles concernés. Mais aujourd’hui, c’est le pompon, avec un titre dont l’auteur sait qu’il est faux, de manière calculée et avouée.

Un tweet attire mon attention car il traite de « gilets jaunes obligatoires à [moto] ». En répondant que le titre est faux, et en disant pourquoi, voici la réponse :


@ Merci 😉 Je sais bien oui, mais un titre doit être accrocheur. Le détail est expliqué dans l’actualité. a+
@scootersystem
Scooter System

Et après, on se demande pourquoi de plus en plus de gens n’accordent aucune confiance à la Presse … Faire un titre accrocheur, pas de souci. mais de là à faire un titre faux pour attirer le clic et ensuite dire au lecteur qu’on l’a pris pour un abruti (quand il se donne la peine de lire l’article …), je doute que ce soit pertinent. Mais je dois être naïf.