Archives par mot-clé : orange

Passage à Free Mobile : Check

Voilà c’est fait. Huit jours après mon inscription à Free Mobile, la carte SIM est dans mon smartphone. Bilan ? Tout marche bien.

La portabilité était annoncée pour 15 h 00 par Orange. Avant de couper le téléphone pour changer de carte, une dernière vérification m’indiquait bien la présence d’une antenne Free, sous le numéro 20815. Une fois la SIM Free Mobile insérée, les trois gros disparaissent totalement, remplacés par le réseau Free, seul disponible. J’en ai été le premier surpris : pas besoin d’être dans une grande ville pour avoir un « pur » réseau Free, c’est valable dans une ville moyenne d’Auvergne. Si ça se trouve, c’est même accessible aux mamies du Cantal …

Pour rendre votre téléphone compatible avec le réseau (réception de MMS, etc), c’est assez facile. Soit vous vous cassez le bol à suivre la procédure (bien détaillée) indiquée sur le site de Free Mobile, soit vous installez rapidement (via le wifi par exemple) une application dédiée qui va faire le boulot à votre place : MobileConfig. Dans tous les cas, vous devriez rapidement arriver à ceci et vous aurez alors le plaisir de voir s’afficher « Free » comme réseau utilisé. On évitera les jeux de mots sur « i’m free ». Le premier avantage que j’y vois, c’est de fracasser ma facture, en la divisant par beaucoup-plein avec des services multipliés d’autant. D’ailleurs, avec une 3G illimitée, autant faire quelques tests non ?

Transferts en 3G+ Free Mobile : SpeedTest sux

Bon, le titre est sans doute abusif, mais il met en évidence une chose : il faut être très prudent devant ses résultats. La version Android permet de faire des tests en WiFi ou 3G+, pour le ping, l’envoi ou la réception de données. Le tout sur des serveurs qu’on peut choisir à l’avance. Et c’est bien là que toutes les interprétations sont possibles.
En premier lieu, lors des tests en WiFi, j’obtenais des résultats très variables sur un même serveur, mais systématiquement 2 fois plus mauvais que ce que permet ma ligne ADSL, testée avec un ordinateur lui aussi en WiFi … Mais c’est en 3G+ que ça survient l’effet Yoyo. Comme vous pouvez le constater sur la capture ci-contre, ça part un peu dans tous les sens selon les serveurs.
Testé avec les serveurs SpeedTest installés à Paris, Lyon ou Roubaix, le ping varie du simple au triple et les vitesses d’envoi/réception du simple au double. Lors du premier test, l’upload était même deux fois plus rapide que le download (et même meilleur que sur l’ADSL).

Finalement ?

La carte SIM est arrivée dans les temps. J’ai sans doute eu de la chance, car quelques-uns ont vu leur dossier être mis KO par le combo de la mort : désimlock/RIO/migration/résiliation/activation/envoi (n’est-ce pas Gilles ?). Il faut dire que l’engouement a été énorme. Et je ne peux m’empêcher d’imaginer les concurrents se faire plaisir en résiliant super vite (bien plus que d’habitude), histoire de provoquer ces soucis de SIM en retard. Après tout, on parle du coup des déçus de Free Mobile en oubliant de parler de tous ceux qui vont économiser plusieurs centaines d’euros par an.
En ce qui concerne les débits, je vais attendre avant de me prononcer. La navigation sur les sites ne m’a pas semblé plus lente qu’avant et je ne vois pas l’intérêt de faire du BitTorrent sur mon téléphone. En revanche, je sais que je pourrais me servir ponctuellement de mon téléphone pour que mon portable puisse accéder à internet (et pas seulement au web …) lors de mes déplacements, le tout sans surveiller le chrono ou le volume de données. On peut ajouter à ça le fait que pour la voix, on peut appeler 30 minutes ou 8 heures, selon ses besoins du moment, en sachant que la facture ne changera pas et restera raisonnable.
Finalement, la vraie liberté, c’est sans doute ça.

Téléphonie : La blague du moment

L’idée est plaisante et semble avoir été validée par des rigolos, sans doute anciens clients. L’anecdote vient de Vie de Merde et peut être copiée un peu partout.

Aujourd’hui, je travaille dans la boutique de téléphonie mobile d’une grande marque et il y a beaucoup de monde. Deux jeunes entrent et chantent : « Si toi aussi tu résilies, tape dans tes mains ! » Ils ont tous tapé dans leurs mains.

Ambiance garantie !

3T : Téléphonie, TVA et …

Retour en arrière. Pas de beaucoup, environ un an. À l’époque, la TVA appliquée aux forfaits internet et téléphoniques change. Le taux doit être intégralement de 19,6 % et non pas un mélange de 19,6 % et 5,5 %. Les opérateurs téléphoniques s’étaient, bien avant, jetés sur la possibilité de réduire le taux de TVA sur une partie du forfait au prétexte qu’on pouvait regarder la télévision avec son téléphone. Sur cette partie, il fallait donc une TVA réduite.

Passons sur le fait que tous les forfaits ont bénéficié de cette réduction de TVA, quand bien même ledit forfait ne permettait pas de regarder la télévision. Oublions rapidement que la baisse de TVA n’a pas été répercutée sur les prix publics. En revanche, l’an dernier, Orange et SFR se sont empressés de chiffrer les hausses que cette nouvelle TVA allait entraîner. De +1 à +9 € pour SFR et +1 à +3 € pour Orange. Pour la bonne blague, jetez un œil au tarif Illimythics International : 165 €. Il y a un an à peine …

Donc, l’an dernier, ces opérateurs criaient que la hausse du prix public était une obligation, que les marges ne permettaient pas d’absorber cette hausse incroyable. Bref, qu’ils allaient tous mourir s’ils baissaient leurs tarifs. Bouygues Télécom avait finement joué, retardant son annonce, pour, au dernier moment, déclarer que chez eux, les prix ne bougeraient pas, ce qui avait généré pas mal de résiliations et migrations.
Mais là, maintenant que Free Mobile vient d’annoncer des tarifs bien moins élevés, jugés il y a peu « intenables » par Bouygues, Orange et SFR, les choses bougent. Et même bien trop facilement et bien trop vite, comme chez Virgin et Sosh. C’est d’ailleurs demain que Orange doit présenter ses nouveaux tarifs, ce qui promet d’être intéressant.

Donc, ces marges (à en croire les trois goulus) « tellement ténues que leur suppression aurait entraîné des plans sociaux » semblent faciles à réduire puisque les prix fondent miraculeusement de 40 %. Dites donc, dans le titre, je parle de 3 T, dont Téléphonie et TVA. Monsieur Bouygues/Orange/SFR (rayez la mention inutile), le troisième T, c’est : T‘as pas l’impression de te foutre la gueule de tes clients ?

Téléphonie : Redécouvrir certains mots

C’était à prévoir, les gros opérateurs ne pouvaient pas rester sans rien faire. Mais là, ça en devient choquant.

Après l’annonce des offres et tarifs de Free Mobile hier, voilà deux « opérateurs » qui viennent de modifier leurs offres pour s’adapter à la récente concurrence. Il s’agit en l’occurrence de Sosh et Virgin Mobile. On attend tout de même les précisions lors des publications officielles, mais la baisse est tellement conséquente qu’elle soulève de nombreuses questions.

Les soldes selon Shosh (by Orange …)

Trois forfaits voient leurs tarifs fondre :

Forfaits Sosh suite à l'arrivée de Free Mobile

Le tout illimité baisse de quasiment 40 % ! Il reste plus cher que Free Mobile (19,90 €) et a l’inconvénient de bloquer l’accès web à partir de 1 GB, avec des recharges sans doute payantes. Pour les forfaits de 2 heures, il faudra vérifier les montants des minutes supplémentaires. Un autre opérateur virtuel utilisant le réseau Orange a annoncé une série de promos : Virgin Mobile

Virgin Mobile, détendu du tarif (réseau SFR)

Là, c’est encore mieux.

Forfait à moins de 6 € :

  • 2 heures d’appels
  • SMS illimités (MMS décompté du crédit voix)
  • Pas d’accès à internet

Forfait à moins de 10 € : 

  • 4 heures d’appels
  • SMS illimités (MMS décompté du crédit voix)
  • Accès à « internet » avec un  « Fair use » de 3 Go

Forfait à moins de 20 € (19,99 €) :

  • Appels illimités
  • SMS (et MMS ?) illimités ?
  • Accès à « internet » avec un « Fair use » de 3 Go

Le premier forfait reste plus cher que Free Mobile (où les 2 heures reviennent dans le pire des cas à 5 €) . Le second semble intéressant, surtout quand on sait qu’il valait hier environ 30 € … Ça laisse rêveur, non ? Là encore, quel sera le montant des dépassements de temps ?
Quant au forfait illimité, il attaque ouvertement Free Mobile. Si le débit (3G, 3G+ ?) tient la route ça peut être une bonne option. Beaucoup se plaignaient des débits atroces de Virgin Mobile. L’abandon de Orange pour SFR a-t-il amélioré la 3G+ de Virgin ?

C’est en tout cas la preuve que les choses pouvaient bouger et que les opérateurs redécouvrent les mots « concurrence, compétition et respect du client ». Reste à voir comment vont réagir les « vrais » opérateurs : Bouygues, SFR et Orange, surtout que ce dernier gère Sosh … Le spectacle promet d’être excellent, surtout pour voir comment ils vont justifier la possibilité d’une telle baisse.

Free Mobile : La riposte de Orange arrive

Tremble Free Mobile, les trois gros ne vont pas se laisser faire. À commencer par Orange, qui postait ce midi :

C’est le jour J pour Free, laissons les savourer leur journée. Sur le fond, que nos clients se rassurent, nous reviendrons vite vers vous pour parler des propositions que nous avons préparées.

Du coup, appel au service client Orange pour savoir ce qu’ils comptent faire pour mon forfait à 30 € (pour une heure + 500 MB …).

Premier point, la conseillère est dépitée de l’appel car « vous êtes très nombreux à appeler pour cette raison » et elle ne sait pas trop ce que prépare Orange. En revanche, d’après elle, « il y aura une grosse annonce vendredi pour des nouveaux tarifs ».
C’est bien. Mais bon sang, il fallait prévoir des plans B, C et D à l’avance et répliquer dans la journée, bande de chancres mous ! Là, en laissant filer trois jours, vous ne donnerez que l’impression de pachydermes attentistes ne daignant bouger que sous une effroyable contrainte.

J’attends vendredi pour bien rire …

Free Mobile : Et le gagnant est …

… moi, vous, enfin un peu tout le monde.

La conférence a pris fin et Xavier Niel a − excusez du peu − atomisé la concurrence. Il a clairement exposé le système de tarification de Bouygues Telecom, Orange et SFR pour démontrer comment le consommateur se fait plumer depuis des années. Prix du hors-forfait, des SMS, bridage des données, etc, tout y est passé.

En résumé, un forfait illimité (sms, voix vers 40 destinations et internet) va à présent coûter 19,99 € (je ne m’étais pas beaucoup trompé hier). Et du vrai internet hein, pas un simple web. Il a bien cité les newsgroups et le peer2peer. Le fair-use est de 3 GB. Passé cette quantité de data, le débit est limité. Mais franchement, 3 GB par mois, pour avoir testé, il faut y aller … Ce forfait passe à 15,99 € pour les abonnés Freebox.

Mais le coup de maître, c’est d’avoir expliqué pourquoi le « forfait RSA » voulu par le Gouvernement est une arnaque. Free sort un forfait minimal (1 heure d’appels + 60 sms) à 2 € ! 5 fois moins cher que ce que les opérateurs clamaient être le minimum possible (sinon ma pauvre dame, ils perdaient des sous, etc). Pour les abonnés Freebox, il sera difficile de trouver mieux puisque ce forfait est offert. Oui, 0 €. Au moins, c’est un chiffre rond.

C’est la fin des MVNO comme Virgin Mobile, NRJ, etc et la mort des cartes prépayées de type Mobicarte. Et franchement, tant mieux.

J’ai fait le calcul, ici, avec deux forfaits, dont un peu utilisé, ça fera donc 17,99 € en tout (les offres pour abonnés Freebox sont limitées à une par foyer). Soit 43 € d’économisés chaque mois. 504 € sur l’année, rien que ça … Et chez vous ?

Il reste le souci du téléphone à acheter « plein pot ». Jusqu’ici, son prix était gommé par une subvention, que l’opérateur récupérait en 6 mois au vu des tarifs globaux. Là, il faudra acheter son téléphone, avec une offre sur 12, 24 ou 36 mois, sans frais. Il faudra faire les calculs, mais même avec un téléphone top-moumoute, ça permet d’avoir un tout illimité pour environ 40 € par mois. Même là, la concurrence n’est pas au niveau. Je pense que les services clients vont recevoir un paquet d’appels pour négocier les tarifs sous peine de départ.
Et à propos des renouvellements de mobiles : ne plus passer par les subventions permettra aussi de montrer à certains qu’un téléphone, ça coûte des sous. Si ça peut en inciter à ne pas changer tous les ans et garder un peu leur appareil, qui n’est pas si dépassé que le marketing veut bien le dire, c’est aussi ça de gagné.

(Presque) Fin du buzz pour Free Mobile

Ça y est, le buzz de Free Mobile, magnifique pour la société car totalement gratuit, va prendre fin demain matin, lorsque les tarifs et spécificités seront annoncées à partir de 08 h 30. Xavier Niel en remet une


Les sanglots longsdes violons de l’automnebercent mon cœurd’une langueur monotone
@Xavier75
Xavier Niel

C’est amusant et assez gonflé de faire une telle référence à la phrase codée qui avait annoncé le Débarquement de Normandie (mais le verbe d’origine est blessent, pas bercent). Assez gonflé (mais Free en a l’habitude) car cela implique de ne pas se louper. Amusant, car ce serait un débarquement à l’envers. Ici, ce sont les trois alliés (déjà condamnés pour entente illicite) qui vont devoir se défendre contre l’assaillant, qui va envahir leurs marchés.

Mais surtout, c’est gonflé car avec un teasing aussi long, ils n’ont pas le droit de décevoir. Sur l’invitation pour la conférence de presse, on y voit une définition de Free :

Qui est libre, sans engagement, sans contrainte, sans limite, libéré, affranchi.

On y voit donc que le forfait sera sans engagement. LE forfait, au singulier, car pour être sans limite et sans contrainte, il ne peut y avoir qu’un forfait. Cependant …
J’imagine mal Free proposer le même tarif selon qu’on possède une FreeBox ou pas. Et puisque tout le monde y a été de sa supposition, voici la mienne.

Free Mobile : Moins de 10 € pour faire du bien là où ça fait mal

Puisque certains se plaisent à imaginer un tarif de 13,37 € HT, partons sur ce cette supposition. Cela fait donc 15,99 € TTC. En tout illimité, c’est envisageable. Si l’usage en ligne (internet et pas uniquement le web …) est sans limite, cela devient très intéressant et serait un pied de nez à Orange, qui laissait dernièrement entendre que l’illimité vivait ses dernières heures. Les trois gros peuvent bien clamer, à l’image d’Orange, qu’ils pourront s’aligner sur les tarifs de Free, leurs services marketing devront devenir très ingénieux pour expliquer, en substance :

On se fout de vous depuis des années : on peut diviser nos prix par deux sans souffrir. Mais restez chez nous, on est les meilleurs.

Ceci dit, quel serait l’intérêt de Free à ne proposer qu’une seule version de son forfait ? Tout simplement pour capter de nouveaux clients sur la Freebox. Avec un forfait mobile qui passerait de 15,99 € à 9,99 € pour les abonnés Freebox, cela devrait susciter des envies de migration. D’ailleurs, le message annonçant l’arrivée de Free Mobile était visible sur les Freebox v5 uniquement. Pour ceux ayant une V6, rien.
Je ne crois pas à un forfait offert pour ceux disposant d’une Freebox Revolution. En revanche, des services spécifiques, c’est plus plausible. Là encore, cela permettrait à Free de faire migrer nombre de clients, anciens ou nouveaux, vers cette offre. Et cela permettrait aux Freenautes qui boudaient la V6 de mieux accepter la hausse de prix de l’abonnement qui accompagne cette dernière version.

Ultime inconnue : Le tarif final

Gros buzz, énormes attentes, sacrées promesses faites par Niel et concurrents sur les dents. On le voit, Free n’a pas le droit de se planter lors de l’annonce des tarifs de Free Mobile demain matin (à suite sur live.free.fr). Et c’est bien pour ces raisons que des tarifs compris entre 10 et 15 € pour un vrai tout illimité me semble cohérent. Bouygues, Orange et SFR auront alors beaucoup de mal à s’aligner sans se torpiller au niveau communication.
Une chose est sûre : il va être amusant de regarder les stratégies et gesticulations commerciales mises en place pour contrer Free. Et certains risquent bien de chanter les vers suivants de ce poème :

Tout suffocant Et blême, quand Sonne l'heure, Je me souviens Des jours anciens Et je pleure,

Le droit de lire, et de payer

Quand la réalité voulue par Christine Albanel va dépasser la pire fiction. Un droit de lecture … payant.

Ça vous semble énorme ? Je vous laisse consulter l’article de Numerama à propos des dernières déclarations de Christine Albanel et de l’avenir de Orange :

Et bien pouvoir aller dans une librairie, acheter un bouquin, et que le libraire vous dise, je ne sais pas, que pour trois euros de plus « vous pouvez avoir la version numérique, et puis cet auteur a fait un autre bouquin que l’on ne trouve qu’en numérique, vous pouvez aussi le trouver sur cette borne…« . Sachant que finalement vous achetez un droit de lecture, France Télécom Orange étant un tiers de confiance, étant celui qui va gérer votre droit de lecture

Stupide, ridicule et impossible à mettre en place ? On aurait dit pareil de la HADOPI … Ceci étant, ce terme de droit de lecture m’a fait penser à un texte écrit il y a 14 ans par Richard Stallman, à propos d’une action censée se dérouler en 2096 et intitulé Le Droit de lire.
Amusante coïncidence, non ? Voici un extrait et le lien pour consulter ce texte, assez court. Décrivant une incroyable dystopie, ce texte montre bien qu’il faut rester vigilants si on ne souhaite pas que les mauvaise prophéties ne soient rendues vraies par ceux pour qui la Liberté est un concept qui ne s’applique qu’à ceux dont les finances leur permettent de l’acheter par bribes.

À part le fait que vous pouviez aller en prison pour plusieurs années pour avoir laissé quelqu’un lire vos livres, l’idée même le choqua au départ. Comme à tout le monde, on lui avait enseigné dès l’école primaire que partager des livres était malicieux et immoral — une chose que seuls les pirates font.
Et il était improbable que la SPA — la Software Protection Authority — manquerait de le pincer. Dans ses cours sur les logiciels, Dan avait appris que chaque livre avait un moniteur de copyright qui rapportait quand et où il était lu, et par qui, à la Centrale des licences. (Elle utilisait ces informations pour attraper les lecteurs pirates, mais aussi pour vendre des renseignements personnels à des détaillants.)

TVA : Free et ses nouveaux tarifs

Ce billet est la suite − ou plutôt la version longue − du commentaire que je viens de poster sur l’excellent blog du Nain Posteur à propos des augmentations à venir des tarifs de Free, et notamment de cette application des nouveaux taux de TVA. On en parle déjà partout, je ne répèterai donc pas la base des annonces. La TV chez Free va coûter 1,99 € à ceux qui souhaitent utiliser l’option (bientôt facultative donc) ? Tant mieux pour tout le monde !

Contrairement à beaucoup, je ne vais pas me plaindre pour l’option TV. Ceux qui avant ne l’utilisaient pas (et la payaient pour rien) payeront toujours autant, sans avoir accès à la TV. Ceux qui l’utilisaient, et sont donc soumis de plein fouet à cette hausse de la TVA, payeront ladite TVA. Les hurleurs qui disent qu’ils ne veulent pas payer le même prix pour un douple-play quand ils n’avaient pas l’usage de ce triple-play sont tellement … Français (à râler pour le sport) 😉
En revanche, je suis comme le Nain Posteur, à me demander quelle est la justification de cet « accès à la boucle locale » facturé 5,99 € sans autre explication.
Pour ceux qui ne sont pas dégroupés, là, ce n’est plus un coup de massue, mais un coup de Jarnac, qui fait que pour plus cher, on aura tout juste autant qu’avant, voire moins, et ça, Monsieur Niel, ça va faire beaucoup de mal à l’image de votre enreprise, les clients vont passer du « j’ai Free, j’ai tout compris » à « j’ai Free, j’ai plus tout, mais j’ai rien compris ».

En ce qui concerne les sangsues d’ayant-droits à qui l’ont doit déjà les taxes pour copie privée, les DRM, HADOPI et autres chinoiseries du Web français, j’irai cracher sur leurs tombes.

Ultime question : pourquoi personne dans les médias ne se scandalise d’une TVA qui fait gonfler les prix quand elle augmente, mais ne les pas fait baisser quand elle est passée de 19,6 % à 5,5 %, parfois sur la moitié du tarif, même quand la TV n’était pas disponible ?

Android bridé : Un dindon à l’Orange

Un des avantages des téléphones sous Android, c’est qu’avec gmail et gtalk, il est possible de consulter ses mails de manière illimitée, ou de chatter, sans passer par des forfaits spécifiques (comme les forfaits pour iPhone par exemple …) Malheureusement, cette liberté semble ne pas être au goût du plus acidulé des opérateurs français. Enfin là, c’est tellement acide que ça en file des ulcères aux clients. Comme le révèle l’article de 01Net, Orange bride volontairement les smartphones Android vendus dans ses packs pour pousser à la surfacturation. Ainsi, sur les smartphones fournis par Orange, on trouve une ROM spécifique, différente de celle d’origine par des fonctionnalités … absentes. De cette manière, pour profiter des mails, ou du chat, il faut prendre un forfait plus cher. Sont fort en marketing les bougres !

Orange ne s’en cache pas (quoi que…) : “Nous personnalisons les logiciels des téléphones aux couleurs d’Orange et nous y ajoutons nos propres applications, sans appauvrir les fonctionnalités des produits”.

Si le logiciel de messagerie (Gmail par exemple) était effectivement installé par défaut, les abonnés pourraient échanger des e-mails sans supplément à leur forfait y compris avec une formule simple « Internet illimité » (Origami Star, par exemple). Mais ce n’est pas le cas avec le logiciel de substitution d’Orange qui fait appel à des protocoles non compris dans le forfait Internet illimité ! Toutes les communications passées depuis cette application sont donc facturées hors forfait. À moins d’opter pour le forfait « Internet, e-mails et Wi-Fi illimités », facturés 11 euros de plus… Même dans ce cas, il faut faire une croix sur Gmail. C’est exactement la même chose avec MSN Messenger qui se substitue à Gtalk…

Voilà, c’est dit : Ne prenez pas de packs Android chez Orange, prenez juste le forfait si vous ne voulez pas être pris pour le dindon de la farce. Ou alors, installez une ROM d’origine dès l’achat du téléphone.

Source : 01Net