Archives par mot-clé : liberté

Identité obligatoire pour surfer, on y est

L’an dernier, je m’inquiétais de l’arrivée de la carte d’identité numérique, qui risquait fort de devenir obligatoire pour se connecter à Internet, permettant alors une surveillance massive de la population. Ça revient aujourd’hui sur le devant de la scène, par le biais de l’Europe. L’article est à lire sur Numerama : Les enfants, chevaux de Troie de la carte d’identité numérique ?

On dit souvent qu’il ne suffit pas de répéter 1 000 fois un mensonge pour en faire une vérité, mais certains semblent croire qu’en présentant 1 000 fois une énormité, sous différents aspects, on transforme une entrave aux libertés en fonctionnalité acceptée du plus grand nombre. Et on en trouvera pour applaudir de se faire passer le licou…
Dernier détail : je trouve déjà ça particulièrement malsain d’utiliser une fois de plus le prétexte de la protection de l’enfance pour faire passer un tel dispositif. Forcément, ceux qui s’y opposeront passeront pour des « monstres qui veulent que les enfants se fassent tous violer ». Comme d’habitude, on va déresponsabiliser un peu plus les gens. Mais au final, le pire, c’est qu’en appliquant ça, les enfants qui auront grandi avec ce système n’y trouveront plus tard rien à redire. D’ici là, quelles autres lois seront passés « pour votre protection » ?

Remarque personnelle : voilà un bien triste moyen de rendre hommage à l’inventeur de la carte à puce, Roland Moreno, disparu il y a peu dans la plus totale indifférence.

Espionnage : Le terrorisme a bon dos

Attention, ça va aller vite, ouvrez les yeux en grand* :


♻ @:  » Toute personne qui consultera des sites internet qui font l’apologie du terrorisme et de la violence sera punie pénalement »
@PtitLu
P’tit Lu

Vous avez vu ? Non ? Pourtant, en une phrase, lapidaire et conséquence immédiate des évènements venant tout juste de s’achever à Toulouse, Nicolas Sarkozy vient de dire qu’il va procéder à l’espionnage et la surveillance généralisée de ce que font les internautes. Car comment faire pour savoir qui consulte un site ? En regardant en temps réel ce que vous faites de votre connexion.

Quelque chose à cacher ? Terroriste !

Et ce n’est pas bien compliqué. La France a même un vrai talent en la matière puisque la société Amesys a fourni de quoi le faire en Libye. Pour se dédouaner, Amesys a depuis invoqué la traque des pédophiles, alors que ce qu’ils ont fourni à la Libye permettait de traquer l’intégralité des communications électroniques du pays. Le flicage des pédophiles fait recette, ici comme ailleurs.

Chez nous, depuis ce midi, c’est la chasse aux terroristes. Et ça va permettre de justifier des abandons de vie privée hallucinants. Préparez-vous à entendre :

les gens honnêtes n’ont rien à craindre, puisqu’ils n’ont rien à cacher

Quels journaux télévisés vont s’arrêter trente secondes sur la phrase qui ouvre ce billet et se demander si on n’a pas là une exploitation ignoble d’un évènement tragique qui s’avère bien pratique pour faire passer des lois qui vont clairement nous éloigner d’un État de Droit, pour glisser sur la pente de l’État Policier ?

Pour comparer, rappelez-vous de ce qu’avait dit Jens Stoltenberg, Premier Ministre de Norvège, après la tuerie d’Oslo (77 morts …) :

Le ou les terroristes ne vont pas nous détruire. Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d’ouverture et de tolérance

* Le tweet d’origine de l’Élsysée a depuis été supprimé. Pourtant, cette phrase a bien été prononcée par Nicolas Sarkozy.

Biométrie et État Policier : On s’en fiche ?

À vous qui attendiez cette nouvelle avec impatience : c’est fait ! Si vous avez des actions dans les sociétés qui ont pour mission de proposer des services de fichage d’une population, préparez-vous à voir leur cours grimper en flèche : https://twitter.com/#!/manhack/status/177059332461051904

La mobilisation a été plus forte que la dernière fois, où seuls 11 glandus députés étaient présents. C’est donc officiel, on France, on fichera légalement. Le pire ? Tout le monde s’en fiche, sans imaginer une seconde quelles dérives seront possibles : reconnaissance faciale, multiples croisements de fichiers, … Et pendant ce temps, beaucoup vous répondent que « les gens honnêtes ne devraient rien avoir à se reprocher et donc rien à craindre du fichage ».
Si l’on suit cette logique, on installera prochainement des micros chez tout le monde, relié au Ministère des Bonnes Mœurs pour vérifier que personne ne tient de propos attentatoire aux libertés. Le télécran a de beaux jours devant lui.
L’avantage du fichage, c’est que s’il a une hypothétique portée dissuasive, c’est principalement pour la contestation. Un vrai terroriste s’en contrefout et trouvera bien une méthode pour dégoter de vrais faux papiers. Et là, pour ensuite prouver qu’il y a un bug dans le système, il faudra s’accrocher.

Un détail intéressant : hier, Nicolas Doze, journaliste économique sur BFMTV s’interrogeait sur Twitter de la forte présence de pseudonymes. Il semblait étonné d’une des réponses : https://twitter.com/#!/NicolasDOZE/status/176789436498051072 Il devrait aujourd’hui mieux cerner la portée de cette importance.

Allez, pour « rire », jetez un œil aux JT ce soir. Les rares qui en parleront le feront en éludant les soucis. On parie ?

Liberté, liberté chérie

C’est fait. Les députés viennent d’adopter la proposition de loi sur le fichage généralisé. La première fois, ils étaient 11 ; là, j’en ai compté environ … ben 11. Autant dire que ce sujet passionne les députés qui le placent au cœur du débat démocratique. *

Les débats étaient fort intéressants à regarder : chacun venait dire son petit texte et les autres s’en tamponnaient royalement le coquillard. Quand l’opposition tentait d’expliquer en quoi le texte était mauvais, l’UMP poursuivait en disant « même pas vrai » et rejetait les amendements. Oui, car l’UMP était en majorité. Remarquez, sur 15 pelés, ce n’était pas compliqué.

Au-delà des discours tireurs de larmes expliquant que les 210 000 victimes d’usurpation d’identité vivaient un enfer (M. Vanneste, vous mentez, le nombre est de 10 000 environ), le meilleur argument aura été celui de l’amélioration de l’identification des victimes de catastrophes naturelles, comme (je cite)le Costa Concordia. Allez, dans la joie et la bonne humeur, fichons donc 60 000 000 de vivants pour mieux identifier 10 morts. Des fois que la feuille d’embarquement soit volée par des terroristes (ou des Anonymous, tant qu’à faire des raccourcis pourris). La palme revient (une nouvelle fois) à Christian Vanneste, qui a déclaré :

la CNIL doit s’incliner devant la force du Parlement

En résumé et en décryptant le jargon politicien :

« ta gueule le Peuple, et ta liberté, on l’emmerde ! »

En bref ? On va donc assister à un vrai fichage, qui permettra, par croisement des fichiers, de tout savoir sur l’ensemble de la population, avec un accès qui reste à définir. Espérons deux choses :

  • Que personne ne pirate ce fichier, car là, les conséquences seront vraiment dramatiques
  • Que la CEDH (Cour Européenne des Droits de l’Homme) retoque le projet, car il est illégal de ficher des gens n’ayant jamais commis de délit

Tu as des enfants et tu veux leur éviter d’être fichés dès maintenant ? Tu as les mêmes craintes pour toi ? Va vite refaire une nouvelle CNI, tant qu’elle ne transporte pas son lot de dictature et d’État Policier.

* dites, on ne pourrait pas imposer une minimum de présents pour voter des lois ? Parce que là, on frise le foutage de gueule quand même. Pour la démocratie, et surtout pour le peuple.

EDIT : 7 pour, 4 contre (sur 577). Ils ont décidé pour 60 millions de personnes …


#DirectAN Protection de l’identité … explications de vote : majorité = 7 députes et opposition = 4 députes … je vais m’abstenir
@DeputeTardy
Lionel TARDY

Au Bonheur des Nostalgiques

Vous aimez la France de 1940 ? Bonne nouvelle : elle revient …

Depuis avril dernier, le loup est dans la bergerie et le vote de juillet 2011 a commencé à poser les bases d’un fichage qui ne peut être que mauvais. C’est aujourd’hui que les Députés vont voter ce texte, qui conduira directement à un fichage généralisé et injustifié de l’ensemble de la population. Alors même que le motif est faux, puisque les usurpations d’identité ont baissé, contrairement aux affirmations de Claude Guéant.

J’ai honte de ce qu’est en train de devenir ce pays, avec une dérive (si mal masquée) vers un État Policier. Le plus inquiétant, c’est que personne, parmi les candidats à la Présidentielle, n’a parlé de ce sujet grave. Je vous invite vivement à lire l’article de OWNI sur le sujet, en détails. Une chose est sûre : ma carte d’identité va rester longtemps en l’état (policier …).

 

Ces terroristes d’Anonymous

TF1 et Christophe Barbier l’avaient laissé entendre, on en a désormais la certitude : les Anonymous sont des terroristes ! Si si, j’en veux pour preuve qu’un homme vient de passer 60 heures en garde à vue car son site redirigeait vers un serveur IRC (un serveur de chat en direct)du collectif..

Censurer un site efface-t-il les causes de la protestation ?

Cette incroyable info est révélée par PC INpact (une fois de plus !). Le propriétaire du site explique :

je ferme le service de redirection jusqu’à la fin de la procédure. J’ai besoin de fumer, après 60 heures de garde à vue par la DCRI et un juge français.

Vous avez bien lu : il a été arrêté et interrogé par des gens chargés de la Sécurité du Territoire. De la même manière que vous le seriez si vous projetiez un attentat ou étiez au cœur d’un important complot. Faut-il en déduire que les Anonymous sont pris tellement au sérieux par l’État qu’il est interdit d’en faire mention ? Un simple lien permet aux gens curieux d’aller s’informer, pas d’adhérer à l’intégralité de la démarche. Il permet de se faire son idée pour ensuite agir, ou non, selon ses propres souhaits.

À l’avenir, doit-on craindre que le simple fait de parler d’eux ou de rediriger vers propos des Anonymous entraînera un passage au poste pour subversion ?

Ha, je vous laisse, on frappe à la porte …

Présidentielles : Question aux candidats

On est à moins de cent jours du premier tour des élections présidentielles. Alors que les différents candidats commencent à dire pourquoi il faudrait voter pour eux, je regrette qu’aucun ne parle d’une énormité votée l’an dernier, et sur laquelle les médias télévisés ne sont pas étendus : le fichage généralisé de toutes les personnes de plus de 15 ans via une nouvelle carte d’identité, biométrique.

J’en causais un peu en avril 2011. Trois mois plus tard, c’était voté (par onze députés …) et le fichage de tous les citoyens honnêtes était légalisé. À l’époque, les médias généralistes à en parler étaient très peu nombreux (le Nouvel Obs faisait partie des exceptions). Mais surtout, ce qui me sidère, c’est que dans les discours actuels des différents prétendants au pouvoir présidentiel, pas un ne s’exprime à ce propos. Certes, le chômage inquiète tout le monde. Au lieu de savoir qui abrogera Hadopi (même si le sujet ne manque pas d’intérêt), je serais le premier à être intéressé par l’avis des candidats déclarés :

François BayrouChristine BoutinJean-Pierre Chevènement, Nicolas Dupont-AignanFrançois HollandeEva JolyCorinne LepageMarine Le PenJean-Luc MélenchonHervé MorinFrédéric Nihous et Dominique de Villepin.

Vous aurez remarqué que Nicolas Sarkozy n’est pas dans la liste. Tout d’abord parce qu’il n’est officiellement pas encore candidat. Ensuite parce qu’il aurait beaucoup de mal à critiquer une décision prise sous son mandat, par son bras droit Claude Guéant. Ce billet sera annoncé sur Twitter, et chaque compte listé ci-dessus sera averti. On verra qui prend la peine d’y répondre.

Carte d’identité biométrique, c’est quoi ça ?

Pour rappel, ce changement permettra la mise en place d’un fichier centralisé regroupant tous les citoyens français, avec 8 empreintes digitales en plus de la photo. Un délit commis et personne à suspecter ? Priez pour qu’on ne trouve pas une empreinte ressemblant à la vôtre. Priez surtout pour que le système ne soit pas corrompu. Surtout avec un tel fichier croisé aux nombreux fichiers illégaux de la Police et pas forcément à jour.
Et si vous faites partie de ceux qui pensent qu’un tel fichage ne devrait être craint que de ceux qui ont quelque chose à se reprocher, c’est que vous êtes mûr pour accepter la Novlangue qui se met en place.

Internet, filtrage et libertés à venir … ou à perdre

Filtrage, internet, censure, LOPPSI : joli cheptel de mots pas forcément compatibles et pourtant régulièrement à la Une ces derniers mois, dans les journaux spécialisés ou généralistes. Et si les premiers restent (très …) évasifs, les seconds tirent sans cesse la sonnette d’alarme. À juste titre, et je vous invite à consulter ce très bon billet de JM Planche pour avoir un point de vue technique mais aussi « éthique » sur ce qui nous pend au nez avec ce qui vient d’être publié à Journal Officiel.

Je ne ferai pas ici de politique. Enfin si, mais au sens large. C’est sans doute un « détail », mais j’ai tendance à penser qu’un Gouvernement, quel qu’il soit, qui utilise le premier prétexte venu, pour tenter de filtrer un media, est un Gouvernement dont il faut se méfier. Surtout quand ledit media peut (et doit) servir à tout un chacun pour donner son opinion et échanger avec d’autres citoyens. Bien entendu, un programme électoral ne se réduit pas à ça ; mais ce sera pour moi un élément primordial, car je ne pourrai pas faire confiance à quelqu’un qui ne pourra pas me promettre qu’il ne viendra pas me mettre des chaînes autour des mains ou entraver ma pensée. Le filtrage en amont, sans décision de justice, c’est le mal. Pour Internet comme pour les peuples. Le pire, c’est qu’on a des exemples par dizaines mais que « ils » persistent à nous faire croire que c’est positif …

Vie privée, réseaux sociaux et assurances

Je lis tellement d’infos qui me font bondir que j’ai parfois l’impression de vivre sur un trampoline. Mais là, j’ai crevé le plafond en découvrant cet article de WiredPRNews. En résumé et pour les non-anglophones, que dit-il ? Rien de bien compliqué ; c’est même effroyablement rapide à synthétiser. Des compagnies d’assurances réfléchissent à la possibilité d’utiliser vos publications sur les réseaux sociaux pour adapter le montant de la prime que vous allez payer.

Tu caches ton profil ? Tu vas pleurer sur la note.

L’idée a germé dans l’esprit (malade) d’une compagnie d’assurance auto pour, d’après, eux, mieux évaluer le risque que représente un client. Et pour évaluer ce risque, quoi de mieux que d’observer avec attention ce que le client publie à propos de lui sur internet ? J’imagine la scène :

Monsieur, vous avez posté plusieurs photos de Formule 1. Vous semblez aimer la vitesse, votre prime augmente donc de 15 %. Une blague à propos de l’alcool ? Hop, voilà une augmentation de 20 %, une photo de pizza ? Et vos 5 fruits et légumes ? Allez, +40 %, etc

Et si vous pensez qu’il suffit de rester discret pour être épargné, détrompez-vous. Là où l’idée est machiavélique, c’est que si votre profil n’est pas public, le tarif augmente obligatoirement. Logique non ? Si vous avez quelque chose à cacher à des organismes aussi intègres qu’une assurance privée, c’est assez louche pour justifier le tarif « coup de bambou ». Préparez-vous à avoir deux profils sur Facebook et Google+ : un privé pour être vous, et un public où vous racontez que jamais vous ne roulez trop vite et que vous allez à la messe après avoir regardé TF1 (mais sans zapper les pubs).

Et après, où va-t-on ?

Afin de poursuivre la réflexion (et comme souvent sur ce site), je vous invite à regarder en arrière, par le biais d’un petit texte d’anticipation.Il date de 2002 et s’intitule Alien Nation. Il est assez long et le début est un peu orienté sur l’informatique, mais le thème général est l’abandon progressif de nos libertés. L’extrait suivant est étonnant :

Tiens, un courrier de mon assurance. La vache ! 30% d’augmentation sur ma prime maladie ! Qu’est-ce qui leur prend ? Je n’ai pas été malade l’an passé. Récemment, j’ai eu un rhume bien costaud. Mais j’ai bien fait gaffe de ne pas acheter de médicament à rembourser, sinon ils auraient vu que j’étais malade. Mince, je parie que j’ai dû payer par carte bancaire.  L’andouille ! On m’avait pourtant prévenu que maintenant les banques avaient le droit de revendre leur fichier de CB. L’assurance a dû racheter la base : un petit coup de moulinette de data mining et de statistiques et paf ! +30% !
Ils ont dû voir « pharmacie St Paul » trois fois dans le même mois sur mes relevés. Et cela a dévoilé mon petit problème. Je m’en veux !

Bigrement d’actualité non ?

Ce texte n’est pas fait pour vous déprimer mais pour que vous soyez acteurs de votre futur et que tout cela reste de la pure fiction.

La dernière partie de la conclusion de l’auteur se révèle aujourd’hui dépassée, l’inquiétante fiction va être rattrapée par une réalité guidée par le profit. Alors, que fait-on ?

La sucette qui éveille les consciences

Vous ne pensez pas laisser beaucoup d’infos personnelles sur Facebook et autres réseaux sociaux ? Vous le faites mais de toute manière, « ça ne craint rien » ? Et si une vidéo pouvait commencer à vous faire prendre conscience, que finalement, ça peut parfois ne pas être sans conséquence ?

Take that Lollipop …

Comme l’a justement écrit Pingouin Grincheux sur Google+ :

Allez faire un tour sur www.Takethislollipop.com, un site qui utilise vos informations Facebook pour générer une vidéo personnalisée. Une vraie prise de conscience sur la manière dont certains réseaux sociaux emmagasinent des données sur nous, parfois à notre insu, mais souvent en usant de notre crédulité et de notre pseudo naïveté.

J’ai fait le test, en sachant pertinemment que ce qui est présent à mon propos sur Facebook ne présente guère de risque car je filtre beaucoup. Mais faites le test. L’application demande quelques droits mais n’en fait rien après la vidéo. Au pire, faites comme moi : supprimez-lui ensuite les accès en allant sur cette page.
Vous pensez vraiment ne rien dévoiler qui puisse être utilisé à mauvais escient sur Internet ? C’est certain ? Car si l’exemple ici choisi est volontairement extrême, il ne doit pas faire perdre de vue que ce qu’on publie finit toujours par être utile à quelqu’un à qui ça n’était pas destiné. Et ce que lui veut en faire …

Allez, on redéfinit ses paramètres de partage et surtout, on évite de publier n’importe quoi. Une vie en ligne, c’est comme hors ligne : ça se contrôle autant que possible 😉