Archives par mot-clé : google plus

Google+ et pseudo, c’est mon tour

Un problème relatif à votre profil Google+ a été détecté.

Eh ben voilà, c’est arrivé. Google+ m’a ce matin un petit courrier pour me dire que mon pseudo était un souci. Pas de surprise, le contenu est conforme à ce qui avait été annoncé il y a quelques mois :

L’examen de votre profil a révélé que vous avez fourni un nom contraire à notre Règlement relatif aux noms. Veuillez vous connecter à Google+ et accéder à votre profil pour en savoir plus et prendre les mesures requises.
En vertu de ce règlement, vous devez indiquer votre nom usuel. Les pseudonymes, noms de jeune fille, et autres, doivent figurer dans la section « Autres noms » de votre profil. Pour le moment, les profils sont réservés aux particuliers, mais ils seront disponibles pour les entreprises et autres entités dans le courant de cette année.
Si vous ne modifiez pas votre nom de manière à respecter notre règlement relatif aux noms, votre profil sera suspendu. Vous n’aurez plus accès à toutes les fonctionnalités des services Google qui requièrent un profil actif, tels que Google+, Google Buzz, Google Reader et Picasa. Toutefois, vous pourrez continuer à utiliser les autres produits Google, tels que Gmail.

Dans leur chasse aux pseudos, ils ont fini par me trouver. Je devais être assez loin dans la liste alphabétique, ou dans celles des influences puisque Maître Eolas avait connu le souci en août dernier 😉 J’ai apporté une légère modification. On verra si ça leur suffit ou si mon compte aura droit à une suspension. Ce qui m’embête, c’est que comme tout le monde m’appelle « Lu », je crains d’avoir l’impression d’écrire sous un autre nom en mettant le mien …

Sur les conseils de quelques personnes, le nom choisi est celui-ci, en espérant que ça convienne à G+.

La TimeLine Facebook profite a Google+

La guerre qui oppose Google+ à Facebook (ou plutôt Facebook contre tous les concurrents potentiels) risque de s’accélérer avec l’arrivée de la TimeLine. Depuis la présentation de ce qui est en passe de devenir le « journal [public] de votre vie », beaucoup d’utilisateurs de Facebook protestent. Non pas contre le seul look de la page d’accueil, mais contre le principe même de cette Timeline, qui permet à tout un chacun de consulter l’intégralité de ce qui a été publié sur Facebook : statuts, amitiés, goûts, etc. Ironique, mais symptomatique.

Facebook a-t-il dépassé les limites tacitement acceptées ?

Ironique car au final, ce qui apparaît dans cette TimeLine n’est composé que de ce que les utilisateurs ont bien voulu confier à Facebook. Du coup, certains se rendent compte qu’ils ont livré bien trop de choses sur le réseau social : humeurs, coups de gueule, photos, amitiés ou commentaires ironiques. Depuis quelques jours, je vois passer sur Facebook et sur les blogs des messages d’utilisateurs parfois déçus, mais plus souvent énervés par ce que Facebook est en train de devenir. Il ne faut certes pas être naïf : hier, Facebook n’était pas une entreprise philanthropique non plus. Mais là, on dirait que les gens ont dépassé le stade de l’acceptation passive et que voir leurs données ainsi exposées et monnayées contre de la pub les insupporte.

Les nouvelles fonctionnalités de Facebook, entravent à ma liberté d’action! Tout ce que l’on fait est disséqué, analysé, mis en pâture, à notre liste de contacts sans que l’on ne puisse s’y opposer! Je ne vois pas l’intéret de configurer nos paramètres de confidentialité, pour un tel résultat! De la dictature!!! Tout ce que je déteste!
Je pars donc sur Google+… par esprit de rébellion. Si nous décidons d’une journée de grève où chacun désactivera son profil durant 24H…. Les publicitaires qui paient cet espace à prix d’or risquent de ne pas apprécier « économiquement » parlant, la rentabilité nulle de celui ci. Facebook est gratuit pour les consommateurs que nous sommes, afin que les encarts publicitaires qui ornent nos pages soient vus et rentables au maximum et puissent se négocier à prix d’or pour Mr Zuckerberg.

Ce message a été repris à plusieurs endroits, et la récente ouverture à tous de Google+, associée à ces nouveautés de Facebook (certainement accélérées à cause de Google+), semble avoir été un élément déclencheur pour beaucoup. Reste à voir combien fermeront effectivement leur compte Facebook, ou cesseront de l’utiliser, mais la question intéressante est ailleurs.

Google+ moins effrayant que Facebook ?

La vie privée, un concept dont Google n’a jamais caché qu’il semblait désuet, comme le clamait Eric Schmidt récemment en déclarant que les gens devraient pouvoir changer d’identité à leur majorité pour « effacer » ce qu’ils avaient publié avant ça. Or, ce même Eric Schmidt, décidément prolifique quand il s’agit de sortir d’angoissantes énormités, avait également dit que Google devait nous dire quoi penser. Ajoutons à cela que l’empire Google couvre quasiment tous les domaines et que la télévision ou la téléphonie ne devraient plus tarder.
Quitter un Facebook devenu (publiquement) bien trop intrusif (et très très curieux) pour s’en remettre à Google, voilà qui peut sembler saugrenu. Un peu comme choisir entre la peste et le choléra ? Pas vraiment, car on peut y voir un début d’espoir : des citoyens éveillés qui commencent à comprendre l’intérêt du contrôle sur les éléments qu’on choisit, délibérément, de fournir à une entreprise, à commencer par son vrai nom.

Comme Facebook, Google « offre » ses services, contre de la publicité. D’un côté, cela fait fuir les gens. De l’autre, pas encore. Mais pour combien de temps ? Car j’ai plaisir à croire que les utilisateurs vont commencer à comprendre le bien fondé de la déclaration qui dit que

si vous ne payez pas pour obtenir quelque chose, vous n’êtes pas le client ; vous êtes la marchandise vendue.

Vrais noms sur Google+ : Maître Eolas touché

Il y a ceux qui ne voient pas l’intérêt de cacher son vrai nom sur les réseaux sociaux, et ils ont de bons arguments pour. Il y a également ceux qui aiment bloguer mais ont un vrai souci de discrétion, de par leur métier notamment. Ceux-là aussi ont de bonnes raisons de ne pas vouloir dévoiler leur identité réelle, sans pour autant être de vilans spammeurs et/ou terroristes. L’un des plus célèbres blogueurs/twitto vient de faire les frais de l’obligation d’utiliser son vrai nom sur Google+.


Ah, ça y est, Google+ me fait chier pour mon nom. Au revoir, Google+. Tu as failli être une bonne idée.
@Maitre_Eolas
Maitre Eolas

Mais le bougre en robe n’a finalement pas abandonné Google+ et a obéi à Google. le nom utilisé est à présent plus réaliste. On y voit bien un prénom et un nom. Peut-être faux, peut-être réels.
Aimé Tréolas a donc son compte et n’est plus embêté. Ce que je trouve amusant, c’est le tweet suivant, où Maître Eolas indique que l’obligation de transparence est en fait unilatérale :


Le saviez-vous ? L’auteur du message annonçant la suspension d’un compte Google+ pour violation du « Real Name » ne donne pas son nom.
@Maitre_Eolas
Maitre Eolas

Faites ce que je dis pas ce que fais ?

À la recherche d’une invitation Google+ ?

Si vous faites partie de ceux qui aimeraient bien tester Google+ mais qui n’ont pas encore reçu d’invitation, le lien suivant vous permettra d’en obtenir une parmi les 150 dont je dispose. Attention, premier arrivé, premier servi. Idem pour le second,etc.

Cliquez ici pour une invitation à Google+, tous frais payés !

En revanche, faites bien attention au nom que vous choisissez, Google ayant clairement annoncé faire la chasse aux pseudos trop fantaisistes

Mise à jour du 20 septembre 2011 : les invitations deviennent caduques car Google+ est à présent ouvert à tous.