Archives par mot-clé : bouygues

3T : Téléphonie, TVA et …

Retour en arrière. Pas de beaucoup, environ un an. À l’époque, la TVA appliquée aux forfaits internet et téléphoniques change. Le taux doit être intégralement de 19,6 % et non pas un mélange de 19,6 % et 5,5 %. Les opérateurs téléphoniques s’étaient, bien avant, jetés sur la possibilité de réduire le taux de TVA sur une partie du forfait au prétexte qu’on pouvait regarder la télévision avec son téléphone. Sur cette partie, il fallait donc une TVA réduite.

Passons sur le fait que tous les forfaits ont bénéficié de cette réduction de TVA, quand bien même ledit forfait ne permettait pas de regarder la télévision. Oublions rapidement que la baisse de TVA n’a pas été répercutée sur les prix publics. En revanche, l’an dernier, Orange et SFR se sont empressés de chiffrer les hausses que cette nouvelle TVA allait entraîner. De +1 à +9 € pour SFR et +1 à +3 € pour Orange. Pour la bonne blague, jetez un œil au tarif Illimythics International : 165 €. Il y a un an à peine …

Donc, l’an dernier, ces opérateurs criaient que la hausse du prix public était une obligation, que les marges ne permettaient pas d’absorber cette hausse incroyable. Bref, qu’ils allaient tous mourir s’ils baissaient leurs tarifs. Bouygues Télécom avait finement joué, retardant son annonce, pour, au dernier moment, déclarer que chez eux, les prix ne bougeraient pas, ce qui avait généré pas mal de résiliations et migrations.
Mais là, maintenant que Free Mobile vient d’annoncer des tarifs bien moins élevés, jugés il y a peu « intenables » par Bouygues, Orange et SFR, les choses bougent. Et même bien trop facilement et bien trop vite, comme chez Virgin et Sosh. C’est d’ailleurs demain que Orange doit présenter ses nouveaux tarifs, ce qui promet d’être intéressant.

Donc, ces marges (à en croire les trois goulus) « tellement ténues que leur suppression aurait entraîné des plans sociaux » semblent faciles à réduire puisque les prix fondent miraculeusement de 40 %. Dites donc, dans le titre, je parle de 3 T, dont Téléphonie et TVA. Monsieur Bouygues/Orange/SFR (rayez la mention inutile), le troisième T, c’est : T‘as pas l’impression de te foutre la gueule de tes clients ?

Free Mobile : Et le gagnant est …

… moi, vous, enfin un peu tout le monde.

La conférence a pris fin et Xavier Niel a − excusez du peu − atomisé la concurrence. Il a clairement exposé le système de tarification de Bouygues Telecom, Orange et SFR pour démontrer comment le consommateur se fait plumer depuis des années. Prix du hors-forfait, des SMS, bridage des données, etc, tout y est passé.

En résumé, un forfait illimité (sms, voix vers 40 destinations et internet) va à présent coûter 19,99 € (je ne m’étais pas beaucoup trompé hier). Et du vrai internet hein, pas un simple web. Il a bien cité les newsgroups et le peer2peer. Le fair-use est de 3 GB. Passé cette quantité de data, le débit est limité. Mais franchement, 3 GB par mois, pour avoir testé, il faut y aller … Ce forfait passe à 15,99 € pour les abonnés Freebox.

Mais le coup de maître, c’est d’avoir expliqué pourquoi le « forfait RSA » voulu par le Gouvernement est une arnaque. Free sort un forfait minimal (1 heure d’appels + 60 sms) à 2 € ! 5 fois moins cher que ce que les opérateurs clamaient être le minimum possible (sinon ma pauvre dame, ils perdaient des sous, etc). Pour les abonnés Freebox, il sera difficile de trouver mieux puisque ce forfait est offert. Oui, 0 €. Au moins, c’est un chiffre rond.

C’est la fin des MVNO comme Virgin Mobile, NRJ, etc et la mort des cartes prépayées de type Mobicarte. Et franchement, tant mieux.

J’ai fait le calcul, ici, avec deux forfaits, dont un peu utilisé, ça fera donc 17,99 € en tout (les offres pour abonnés Freebox sont limitées à une par foyer). Soit 43 € d’économisés chaque mois. 504 € sur l’année, rien que ça … Et chez vous ?

Il reste le souci du téléphone à acheter « plein pot ». Jusqu’ici, son prix était gommé par une subvention, que l’opérateur récupérait en 6 mois au vu des tarifs globaux. Là, il faudra acheter son téléphone, avec une offre sur 12, 24 ou 36 mois, sans frais. Il faudra faire les calculs, mais même avec un téléphone top-moumoute, ça permet d’avoir un tout illimité pour environ 40 € par mois. Même là, la concurrence n’est pas au niveau. Je pense que les services clients vont recevoir un paquet d’appels pour négocier les tarifs sous peine de départ.
Et à propos des renouvellements de mobiles : ne plus passer par les subventions permettra aussi de montrer à certains qu’un téléphone, ça coûte des sous. Si ça peut en inciter à ne pas changer tous les ans et garder un peu leur appareil, qui n’est pas si dépassé que le marketing veut bien le dire, c’est aussi ça de gagné.

(Presque) Fin du buzz pour Free Mobile

Ça y est, le buzz de Free Mobile, magnifique pour la société car totalement gratuit, va prendre fin demain matin, lorsque les tarifs et spécificités seront annoncées à partir de 08 h 30. Xavier Niel en remet une


Les sanglots longsdes violons de l’automnebercent mon cœurd’une langueur monotone
@Xavier75
Xavier Niel

C’est amusant et assez gonflé de faire une telle référence à la phrase codée qui avait annoncé le Débarquement de Normandie (mais le verbe d’origine est blessent, pas bercent). Assez gonflé (mais Free en a l’habitude) car cela implique de ne pas se louper. Amusant, car ce serait un débarquement à l’envers. Ici, ce sont les trois alliés (déjà condamnés pour entente illicite) qui vont devoir se défendre contre l’assaillant, qui va envahir leurs marchés.

Mais surtout, c’est gonflé car avec un teasing aussi long, ils n’ont pas le droit de décevoir. Sur l’invitation pour la conférence de presse, on y voit une définition de Free :

Qui est libre, sans engagement, sans contrainte, sans limite, libéré, affranchi.

On y voit donc que le forfait sera sans engagement. LE forfait, au singulier, car pour être sans limite et sans contrainte, il ne peut y avoir qu’un forfait. Cependant …
J’imagine mal Free proposer le même tarif selon qu’on possède une FreeBox ou pas. Et puisque tout le monde y a été de sa supposition, voici la mienne.

Free Mobile : Moins de 10 € pour faire du bien là où ça fait mal

Puisque certains se plaisent à imaginer un tarif de 13,37 € HT, partons sur ce cette supposition. Cela fait donc 15,99 € TTC. En tout illimité, c’est envisageable. Si l’usage en ligne (internet et pas uniquement le web …) est sans limite, cela devient très intéressant et serait un pied de nez à Orange, qui laissait dernièrement entendre que l’illimité vivait ses dernières heures. Les trois gros peuvent bien clamer, à l’image d’Orange, qu’ils pourront s’aligner sur les tarifs de Free, leurs services marketing devront devenir très ingénieux pour expliquer, en substance :

On se fout de vous depuis des années : on peut diviser nos prix par deux sans souffrir. Mais restez chez nous, on est les meilleurs.

Ceci dit, quel serait l’intérêt de Free à ne proposer qu’une seule version de son forfait ? Tout simplement pour capter de nouveaux clients sur la Freebox. Avec un forfait mobile qui passerait de 15,99 € à 9,99 € pour les abonnés Freebox, cela devrait susciter des envies de migration. D’ailleurs, le message annonçant l’arrivée de Free Mobile était visible sur les Freebox v5 uniquement. Pour ceux ayant une V6, rien.
Je ne crois pas à un forfait offert pour ceux disposant d’une Freebox Revolution. En revanche, des services spécifiques, c’est plus plausible. Là encore, cela permettrait à Free de faire migrer nombre de clients, anciens ou nouveaux, vers cette offre. Et cela permettrait aux Freenautes qui boudaient la V6 de mieux accepter la hausse de prix de l’abonnement qui accompagne cette dernière version.

Ultime inconnue : Le tarif final

Gros buzz, énormes attentes, sacrées promesses faites par Niel et concurrents sur les dents. On le voit, Free n’a pas le droit de se planter lors de l’annonce des tarifs de Free Mobile demain matin (à suite sur live.free.fr). Et c’est bien pour ces raisons que des tarifs compris entre 10 et 15 € pour un vrai tout illimité me semble cohérent. Bouygues, Orange et SFR auront alors beaucoup de mal à s’aligner sans se torpiller au niveau communication.
Une chose est sûre : il va être amusant de regarder les stratégies et gesticulations commerciales mises en place pour contrer Free. Et certains risquent bien de chanter les vers suivants de ce poème :

Tout suffocant Et blême, quand Sonne l'heure, Je me souviens Des jours anciens Et je pleure,