Archives par mot-clé : argent

.xxx = $$$ ?

Le cul, ça attire l’argent, même quand tu ne veux pas en faire avec, et de manière … vicieuse.

C’est officiel depuis quelques mois, il sera possible d’obtenir un nom de domaine avec l’extension .xxx, explicite et permettant de s’assurer qu’on débarque bien sur un site coquin. Les tarifs pour obtenir un .xxx sont assez élevés car supérieurs à 80 € annuels quand un .com en coûte moins de 5. Mais le mieux dans cette affaire, c’est pour les entreprises ou particuliers qui souhaitent éviter de voir fleurir un .xxx sur un nom dont ils possèdent le .com ou le .fr.

Vider les bourses pour éviter de faire sucrer

Ayant, pour le travail, un nom de domaine (exemple : monsupersite.com) acheté via OVH, j’ai reçu un mail intéressant à ce sujet. Du 7 Septembre au 28 Octobre 2011 sera lancée la première phase d’attribution de l’extension .xxx : la phase de Sunrise. C’est une phase ouverte aux membres de l’industrie du divertissement pour adultes, mais aussi à tout propriétaire d’une marque enregistrée dans son pays.

Et c’est là que ça devient rigolo. Dans l’un des cas (Sunrise « B »), on peut demander un blocage. Cela veut dire que le nom de domaine ne pourra jamais être attribué avec le .xxx et donc que monsupersite.xxx ne verra jamais le jour. Pour ça, il faudra débourser la somme de 139 € HT ! Et ce blocage est garanti pour seulement 10 ans. Au vu du nombre de sites enregistrés par des marques connues, ou des blogs d’importance, on imagine sans peine la somme faramineuse qui va être engendrée par ces réservations de protection.
Parce qu’entre les squats de noms de domaine et une entreprise qui voudrait porter atteinte à ses concurrents de manière radicale, il va y avoir de la psychose dans l’air …

Pas de notion de l’argent ?

Quand on vous parle de sommes d’argent avec plusieurs zéros, vous décrochez rapidement ? Voilà de quoi mieux comprendre. L’infographie en question est en anglais, mais elle est aisément compréhensible : www.wtfnoway.com

Passés les jolis premiers tas d’argent, on arrive à 100 millions de dollars. Finalement, c’est « juste » une palette de billets de 100. Pour arriver au milliard (billion en anglais), ça cause déjà un peu plus. Mais la petite phrase présente sous les 1 000 milliards de dollars (un trillion dans le texte) est éloquente :

Si vous aviez dépensé un million de dollars par jour depuis la naissance de Jésus, vous n’auriez pas encore dépensé mille milliards de dollars … mais environ 700 milliards. Le montant dont les banques [américaines] ont été renflouées lors de la crise.

Et là, ça ne remet pas un peu les choses en place ? Attendez, on continue.

Une dette insurmontable ?

Juste après, à côté de la Statue de la Liberté, figure un tas de 15 000 000 000 000 de dollars. Quinze mille milliards de dollars, quasiment le montant maximal de la dette autorisée pour les USA. Un plafond qu’ils s’évertuent à avoir le droit de dépasser. Histoire de sauver la face … pour combien de temps ?  L’article finit par une représentation de la somme de 114 000 millards de dollars, somme dont devraient disposer les USA pour être totalement solvables au regard des dépenses qu’ils devront engager prochainement. Inutile de dire que cette somme n’est pas en leur possession.
On pourrait dessiner des cartons de billets à côté du Parthénon, mais je ne suis pas certain que les rapports soient aussi affolants. Et donc, question, quand un État comme les USA se déclare en faillite, il se passe quoi pour le reste du Monde et au quotidien ? Ne rigolez pas, on ne devrait pas tarder à le savoir …

États, dette et grosses firmes

Deux infos sans rapport mais révélatrices quand on les met en parallèle. L’une vient d’un quotidien informatique, et l’autre d’un quotidien national « classique ». Je vous laisse le titre et le lien avant toute chose.

Google contracte sa première dette – Clubic
Les USA à trois mois de la faillite – Le Figaro

La première nous apprend que Google, firme privée, dispose de 37 milliards de dollars (37 000 000 000 !) de fonds propres et peut donc en emprunter 3 sans sourciller. La seconde, que les États-Unis approchent de la somme « interdite » de 14 000 milliards de dollars de dette. Et là, tout le monde s’affole (avec raison).

Si les montants sont peu comparables, tout comme les raisons de telles dettes, c’est une fois de plus la preuve que les États, quels qu’ils soient, ne pèsent plus rien face à la puissance financière des grandes firmes. En gardant à l’esprit que Google est, par rapport à d’autres, une toute petite firme avec peu de moyens. Pour rappel, Microsoft vient de s’offrir Skype en déboursant 8,5 milliards de dollars … en cash.

Il y a donc de nombreux pays qui pourraient être rachetés par des entreprises privées, officiellement. Et officieusement ?

HADOPI : Dépenser plus pour protéger plus ?

Attention, le chiffre va donner le vertige : PC INpact vient de dévoiler le montant nécessaire à la HADOPI pour identifier quotidiennement les 50 000 « pirates » qui recevront un courrier les sommant de stopper leur ignoble activité. La fourchette commence à 32 500 €. Oui, par jour ! Et dans la pire des hypothèse, on explose pour atteindre 425 000 €. Soit un budget de plus de 150 millions d’euros.

Non, il n’y a pas plus urgent en ces temps de crise. Oui, c’est pour votre bien (mais si mais si). Surtout, soyez tranquilles, au final, ce n’est pas du tout sur vous que cette charge financière monstrueuse retombera. Non non. Enfin on verra …

Source : PC Inpact

Bon courage … pour les photos

Ami luxembourgois, pour faire face à l’explosion du nombre de tués sur tes routes, ton gouvernement vient de décider qu’à partir de 2011, tu auras droit aux radars automatiques fixes, comme nous, tes voisins français. Alors, heureux de rejoindre la grande famille de ceux qui vont se faire plomber le porte-monnaie pour des excès de vitesse de moins de 20 km/h ?

Alors pour toi, et pour les frontaliers qui ne seront plus à l’abri nulle part, puisque tout est bon pour renflouer les poches, mais pas les tiennes, bon courage !