Arnaque : La pêche au SMS sur Facebook

Tiens, une notification Facebook. Ho, un « ami » que je ne connais pas me demande de l’aider, dans un langage raccourci qui m’agace toutefois moins que l’absence de formule de politesse. Très vite, il me demande, pour l’aider, d’envoyer un SMS et de lui communiquer le code reçu. C’est gros comme procédé, n’est-ce pas ? Surtout que son profil Facebook (visible ici) fait régulièrement de la pub pour gagner un iPhone par le même procédé.

Google est d’ailleurs assez explicite à propos du numéro 81168, faisant clairement remonter que c’est une arnaque. Le premier lien donne plusieurs exemples et même un tarif (9 € la blague !), qui se ressemblent tous et semblent être des clones de celui auquel j’ai droit. Le profil en question a été manifestement piraté, mais surveillez ce numéro à contacter, car le 81168 est apparemment protéiforme et capable d’apparaitre un peu partout.
Allez, pour le fun, une rapide copie de la conversation.

Question : on peut les signaler ? Comment et à qui ?

Prometheus : Clins d’œil SF

D’un titre à l’autre, des mythes se rencontrent.

C’est évident, fin mai, je suis au cinéma pour découvrir le nouveau film de Ridley Scott : Prometheus. Mais en attendant de voir cette œuvre, qui aurait dû être un film dont l’histoire se déroule avant Alien du même Ridley Scott (ce que les anglophones nomment Prequel), c’est son nom qui m’intrigue. Et me fait sourire.

Prometheus : Un titre pas anodin

Non, je ne suis pas naïf, je sais bien que le titre d’un film de cette envergure ne doit pas grand chose au hasard. Celui-ci est plutôt bien choisi et colle d’ailleurs au scénario. Voici le résumé fourni par Allocine :

Des scientifiques cherchent à dépasser leurs limites mentales et physiques et tentent d’explorer ce qu’il y a au-delà du possible. Ils vont être amenés à découvrir un monde qu’ils n’auraient jamais imaginé. Un monde où leur seront apportées des réponses aux questions les plus profondes. Un monde où le mystère ultime de l’existence peut enfin être percé.

Mais passons d’abord à la bande-annonce, histoire de vous en mettre plein les yeux si vous n’avez pas encore entendu parler de ce film. La version française est ici.

Lieux, vaisseaux, intrigue initiale : on retrouve clairement les éléments visuels propres à la saga Alien. Même la tenue (légère) fait penser à ce que portait Sigourney Weaver dans le premier opus. Allez, une autre petite photo pour s’en convaincre.
Si on résume : une expédition part à la recherche d’une civilisation qui aurait apporté la connaissance à l’Humanité il y a des millénaires. On touche là au mythe même de Prométhée, qui aurait, selon les versions, apporté le Feu Sacré des Dieux (la connaissance) aux hommes ou aurait été à l’origine de leur création dans un bloc d’argile. Donc, oui, le titre est adéquat, et laisse entrevoir ce que le film mettre en avant, en ajoutant la baston et la menace ; là encore, répétition de la mythologie disant qu’on ne plaisante pas avec les Dieux, de l’Olympe ou de l’Hyperespace.

Mais les amateurs de SF auront sans doute vu une autre référence. Prométhée, celui de la mythologie, est un Titan, dont le père s’appelait Japet. Or, Japet est le nom d’un satellite de Saturne. Et c’est sur cette lune que Arthur C. Clarke avait placé le Monolithe de 2001, l’Odyssée de l’Espace. Un Monolithe qui n’était pas innocent dans l’évolution de l’Homme, depuis ses origines, et qui lui ouvre ensuite bien des portes. Enfin, une 😉

Vivement la sortie de Prometheus, pour aller le regarder sur un (très) grand écran, s’en coller plein les mirettes, rêver, et, en sortant, espérer qu’en regardant mes yeux, on tienne les mêmes propos que Bowman quand il approche du Monolithe de Japet :

Oh ! mon Dieu ! C’est plein d’étoiles !

Espionnage : Le terrorisme a bon dos

Attention, ça va aller vite, ouvrez les yeux en grand* :


♻ @:  » Toute personne qui consultera des sites internet qui font l’apologie du terrorisme et de la violence sera punie pénalement »
@PtitLu
P’tit Lu

Vous avez vu ? Non ? Pourtant, en une phrase, lapidaire et conséquence immédiate des évènements venant tout juste de s’achever à Toulouse, Nicolas Sarkozy vient de dire qu’il va procéder à l’espionnage et la surveillance généralisée de ce que font les internautes. Car comment faire pour savoir qui consulte un site ? En regardant en temps réel ce que vous faites de votre connexion.

Quelque chose à cacher ? Terroriste !

Et ce n’est pas bien compliqué. La France a même un vrai talent en la matière puisque la société Amesys a fourni de quoi le faire en Libye. Pour se dédouaner, Amesys a depuis invoqué la traque des pédophiles, alors que ce qu’ils ont fourni à la Libye permettait de traquer l’intégralité des communications électroniques du pays. Le flicage des pédophiles fait recette, ici comme ailleurs.

Chez nous, depuis ce midi, c’est la chasse aux terroristes. Et ça va permettre de justifier des abandons de vie privée hallucinants. Préparez-vous à entendre :

les gens honnêtes n’ont rien à craindre, puisqu’ils n’ont rien à cacher

Quels journaux télévisés vont s’arrêter trente secondes sur la phrase qui ouvre ce billet et se demander si on n’a pas là une exploitation ignoble d’un évènement tragique qui s’avère bien pratique pour faire passer des lois qui vont clairement nous éloigner d’un État de Droit, pour glisser sur la pente de l’État Policier ?

Pour comparer, rappelez-vous de ce qu’avait dit Jens Stoltenberg, Premier Ministre de Norvège, après la tuerie d’Oslo (77 morts …) :

Le ou les terroristes ne vont pas nous détruire. Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d’ouverture et de tolérance

* Le tweet d’origine de l’Élsysée a depuis été supprimé. Pourtant, cette phrase a bien été prononcée par Nicolas Sarkozy.

Biométrie et État Policier : On s’en fiche ?

À vous qui attendiez cette nouvelle avec impatience : c’est fait ! Si vous avez des actions dans les sociétés qui ont pour mission de proposer des services de fichage d’une population, préparez-vous à voir leur cours grimper en flèche : https://twitter.com/#!/manhack/status/177059332461051904

La mobilisation a été plus forte que la dernière fois, où seuls 11 glandus députés étaient présents. C’est donc officiel, on France, on fichera légalement. Le pire ? Tout le monde s’en fiche, sans imaginer une seconde quelles dérives seront possibles : reconnaissance faciale, multiples croisements de fichiers, … Et pendant ce temps, beaucoup vous répondent que « les gens honnêtes ne devraient rien avoir à se reprocher et donc rien à craindre du fichage ».
Si l’on suit cette logique, on installera prochainement des micros chez tout le monde, relié au Ministère des Bonnes Mœurs pour vérifier que personne ne tient de propos attentatoire aux libertés. Le télécran a de beaux jours devant lui.
L’avantage du fichage, c’est que s’il a une hypothétique portée dissuasive, c’est principalement pour la contestation. Un vrai terroriste s’en contrefout et trouvera bien une méthode pour dégoter de vrais faux papiers. Et là, pour ensuite prouver qu’il y a un bug dans le système, il faudra s’accrocher.

Un détail intéressant : hier, Nicolas Doze, journaliste économique sur BFMTV s’interrogeait sur Twitter de la forte présence de pseudonymes. Il semblait étonné d’une des réponses : https://twitter.com/#!/NicolasDOZE/status/176789436498051072 Il devrait aujourd’hui mieux cerner la portée de cette importance.

Allez, pour « rire », jetez un œil aux JT ce soir. Les rares qui en parleront le feront en éludant les soucis. On parie ?