Liberté, liberté chérie

C’est fait. Les députés viennent d’adopter la proposition de loi sur le fichage généralisé. La première fois, ils étaient 11 ; là, j’en ai compté environ … ben 11. Autant dire que ce sujet passionne les députés qui le placent au cœur du débat démocratique. *

Les débats étaient fort intéressants à regarder : chacun venait dire son petit texte et les autres s’en tamponnaient royalement le coquillard. Quand l’opposition tentait d’expliquer en quoi le texte était mauvais, l’UMP poursuivait en disant « même pas vrai » et rejetait les amendements. Oui, car l’UMP était en majorité. Remarquez, sur 15 pelés, ce n’était pas compliqué.

Au-delà des discours tireurs de larmes expliquant que les 210 000 victimes d’usurpation d’identité vivaient un enfer (M. Vanneste, vous mentez, le nombre est de 10 000 environ), le meilleur argument aura été celui de l’amélioration de l’identification des victimes de catastrophes naturelles, comme (je cite)le Costa Concordia. Allez, dans la joie et la bonne humeur, fichons donc 60 000 000 de vivants pour mieux identifier 10 morts. Des fois que la feuille d’embarquement soit volée par des terroristes (ou des Anonymous, tant qu’à faire des raccourcis pourris). La palme revient (une nouvelle fois) à Christian Vanneste, qui a déclaré :

la CNIL doit s’incliner devant la force du Parlement

En résumé et en décryptant le jargon politicien :

« ta gueule le Peuple, et ta liberté, on l’emmerde ! »

En bref ? On va donc assister à un vrai fichage, qui permettra, par croisement des fichiers, de tout savoir sur l’ensemble de la population, avec un accès qui reste à définir. Espérons deux choses :

  • Que personne ne pirate ce fichier, car là, les conséquences seront vraiment dramatiques
  • Que la CEDH (Cour Européenne des Droits de l’Homme) retoque le projet, car il est illégal de ficher des gens n’ayant jamais commis de délit

Tu as des enfants et tu veux leur éviter d’être fichés dès maintenant ? Tu as les mêmes craintes pour toi ? Va vite refaire une nouvelle CNI, tant qu’elle ne transporte pas son lot de dictature et d’État Policier.

* dites, on ne pourrait pas imposer une minimum de présents pour voter des lois ? Parce que là, on frise le foutage de gueule quand même. Pour la démocratie, et surtout pour le peuple.

EDIT : 7 pour, 4 contre (sur 577). Ils ont décidé pour 60 millions de personnes …


#DirectAN Protection de l’identité … explications de vote : majorité = 7 députes et opposition = 4 députes … je vais m’abstenir
@DeputeTardy
Lionel TARDY

  • Jocelyn

    Je suis d’accord pour le minimum de participants. Cette loi est en quelques sortes une loi votée par moins de 10 personnes ! Triste France ! D’ailleurs si ça continue je lui retirerai sa majuscule à « France »…

  • JenniferHighTech

    L’idée du fichage des individus est évidemment une atteinte à la liberté, je ne reviens pas la-dessus.

    Par contre ce qui m’étonne le plus dans votre article (ainsi que dans le commentaire de Jocelyn), c’est la critique du parlement et des députés. Vous avez peut-être oublié que nous sommes en démocratie et que nos députés sont élus, et que le parlement représente, effectivement, le peuple. La phase de Christian Vanneste est donc tout à fait adapté.
    A l’inverse de la CNIL, qui est une institution totalement indépendante du gouvernement et de l’Etat, donc des citoyens.

    On a les députés que l’on mérite. Il n’y aucun délit démocratique dans l’adoption de cette proposition de loi.

  • Calimero

    N’oublions pas non plus le plein soutien aveugle à Claude Guéant du député UDF qui s’est exprimé au nom de son groupe.

    Cela fait bien longtemps que je ne me sens plus représenté, ni aidé, ni compris, ni soutenu par les politiques au pouvoir en France depuis une trentaine d’années, quelle que soit leur étiquette politique. Le vote blanc étant non comptabilisé dans ce pays, cela ne laisse pour protester que la possibilité de voter pour des partis dits « marginaux », ceux à qui le système laisse peu de chances d’acquérir le moindre pouvoir, pour protester et faire entendre sa voix.

    La France n’a décidément plus de leçon à donner à qui que ce soit, dans aucun domaine. Ressortons vite les guillotines qui nous ont si bien servi il y a deux siècles pour couper les têtes de nos oppresseurs avant qu’elles ne soient elles aussi interdites par une loi obscurantiste. Et surtout cessons d’être les dindons de la farce à voter toujours pour les mêmes avec à la clé le statu quo assuré.

  • JenniferHighTech

     Vous avez tout à fait le droit ne pas vous sentir représenté, ni soutenu par les politiques. Mais c’est votre avis personnel. Dans une démocratie comme la France, la voix du peuple est portée par ses représentants élus.
    Je ne peux que regretter que vous ne trouviez pas de soutien politique partageant votre point de vue, mais la majorité a parlé. Si les partis « marginaux » ne percent pas, ce n’est pas une fatalité, mais une volonté du peuple qui se rattache à d’autres idées et qui l’exprime lors des différentes élections.

  • Calimero

    @Jennifer:twitter Un avis personnel oui, mais vécu et relayé par une masse de personnes de plus en plus importante. A partir de combien de voix à l’unison considérera t-on qu’il s’agit de la « vox populi » et non de la voix d’un seul ? 10, 100, 1000, 1 million ? Quel sera le seuil pour vous ouvrir les yeux ?

    Votre réponse oppose à mon commentaire un discours très censé, mais scolaire : vous lancez de grandes idées « démocratie » « voix du peuple » « représentants élus » qui n’ont à mes yeux plus guère de réalité de terrain aujourd’hui, et cette loi en est un emblème parmi tant d’autres. Dois-je vous rappeler ce que nos « représentants élus » ont fait du dernier référendum sur le TCE en 2005 ? L’avis du peuple a été ouvertement méprisé, enterré, puis contourné comme on se détourne d’un oiseau mort gisant sur la route (quand on ne lui roule pas dessus).

    Trois autre grandes idées qui n’ont plus la cote par chez moi : Liberté, Egalité, Fraternité. Ces mots sont vidés de leur sens au quotidien pour des millions de personnes. Et personne n’assume la faute. La légitimité de nos gouvernants et du système qu’ils cautionnent à bout de bras a du plomb dans l’aile.

    Et par rapport aux « partis marginaux », je suis navré de vous apprendre que la volonté du peuple n’explique pas tout et que vous vous fourvoyez si vous restez sur cette seule explication. Il y a eu ces vingt dernières années des modifications substantielles des modes de scrutin (découpage des circonscriptions, passage au quinquennat, abandon de la proportionnelle) qui ont radicalement changé le paysage politique. Aucun de ces changements n’a été soumis à l’avis du peuple, ils ont été mis en oeuvre par la seule volonté des gouvernants en place. Il s’agit là d’un verouillage institutionnel progressif, et d’un authentique déni de démocratie.

    Ce que l’article dénonce ici n’est qu’une des conséquences d’un système qui ne vit plus que pour lui-même à nos dépends. Plus tôt nous (en tant que nation) ouvrirons les yeux, et plus larges seront nos possibilités de rebondir (en espérant qu’il ne soit pas déjà trop tard).

  • Pingback: Biométrie et État Policier : On s'en fiche ? | La Méchante Miette()

  • Pingback: Identité obligatoire pour surfer, on y est | La Méchante Miette()