Presse, titre et racolage

Décidément, à chaque jour son exemple. Je m’étais déjà agacé sur les journaux qui reprennent une info peu fiable dans le seul but de faire eux aussi partie de ceux qui parlent d’un évènement, comme l’arrivée de Google en tant qu’opérateur ou les tarifs de Free Mobile par exemple. Cette semaine, c’était les différences de traitement d’une info identique qui m’avait fait sourire, notamment par les titres des articles concernés. Mais aujourd’hui, c’est le pompon, avec un titre dont l’auteur sait qu’il est faux, de manière calculée et avouée.

Un tweet attire mon attention car il traite de « gilets jaunes obligatoires à [moto] ». En répondant que le titre est faux, et en disant pourquoi, voici la réponse :


@ Merci 😉 Je sais bien oui, mais un titre doit être accrocheur. Le détail est expliqué dans l’actualité. a+
@scootersystem
Scooter System

Et après, on se demande pourquoi de plus en plus de gens n’accordent aucune confiance à la Presse … Faire un titre accrocheur, pas de souci. mais de là à faire un titre faux pour attirer le clic et ensuite dire au lecteur qu’on l’a pris pour un abruti (quand il se donne la peine de lire l’article …), je doute que ce soit pertinent. Mais je dois être naïf.