Achetons tout or, vaseline offerte

Vous n’avez pas pu manquer les innombrables spots de pub où différents organismes se proposent de vous racheter votre vieil or tout pourri (à les croire) pour vous permettre de payer le loyer ou partir en vacances. Ils ne mentionnent malheureusement pas leurs tarifs de rachat. Mais hier, en passant devant une bijouterie, j’ai vu une affiche semblable, qui indiquait le montant : 16,5 € du gramme. C’est peu ? Assurément.

Pas le même cours pour tout le monde

Actuellement, l’once d’or oscille autour de 1 820 dollars. Pour rappel, une once d’or pur pèse (à peu près) 31 grammes. Ça commence à faire tilt ? Avec un kilogramme d’or pur qui s’échange aujourd’hui contre 40 562 €, votre bijoutier vous en propose moins de 50 %. Il argumentera en disant que l’or de la bague de Mémé que vous essayez de refourguer n’est pas pur (sinon il se déformerait trop), mais tout de même …

Une dernière chose : beaucoup de monde dit qu’en temps de crise, l’or devient une valeur refuge, contrairement aux monnaies. Des sociétés dépensent des millions dans des campagnes publicitaires pour amasser un maximum d’or contre du menu fretin ; on reste optimistes longtemps ?

Bactérie et contagion : peurs à confirmer ?

Collision notable dans mes flux d’infos, entre les actus du journal Le Monde (mais aussi partout à la télé) et une bande-annonce de film. Dans les informations actuellement, une vilaine bactérie résistante aux antibiotiques. Ce zapping montre que c’est LE sujet de la journée (il y a sans doute plus grave sur la planète, mais c’est un autre débat …).

Un autre article du Monde explique pourquoi cette bactérie a été impliquée dans la mort de ces personnes et pourquoi les antibiotiques sont de moins en moins efficaces sur les bactéries actuelles, et à venir. Le sujet est complexe, intéressant et je vous invite à vous documenter, vous verrez qu’une fois de plus, l’Homme a tout fait pour générer les outils de sa propre destruction potentielle.

Le virus mutant, ce bon client pour les scénaristes

Et justement, puisque quand on parle de bactéries et de traitements inefficaces, le spectre d’un virus impossible à stopper n’est jamais bien loin. Or, il se trouve que le film Contagion, dont la sortie est prévue le 9 novembre prochain, commence à faire pas mal parler de lui à travers sa bande-annonce. Là encore, c’est vilain parce que « ça a muté » (phrase présente dans la vidéo du zapping), mais l’impact est plus important. Je vous laisse découvrir la bande-annonce, dont le sous-titrage en déprimera beaucoup.

Pour Contagion, j’irai le voir. Car outre un casting attrayant, la claque qu’avait été Traffic, du même réalisateur Soderberg, me donne envie de tendre l’autre joue.

Si le cinéma a toujours porté à l’écran les peurs et angoisses de son époque, comment comprendre la déferlante de films apocalyptiques depuis une dizaine d’années ?

Jeu vidéo : Enfin de la 3D intelligente

J’ai un peu de mal avec la frénésie actuelle autour de la 3D pour le home-cinema domestique. Et, forcément, plus encore dans les jeux vidéos. Comme souvent avec les dernières technologies, ça sert surtout à masquer un manque de profondeur (ironique, non ?) dans le jeu et à justifier un tarif affolant pour à peine 5 heures de jeu. Mais une info sur un pack vendu par Sony pourrait me faire changer d’avis.

Mieux que la 3D : La double 2D !

L’info est à lire chez PC INpact. Le pack Playstation 3D Displayest trop cher, notamment parce qu’on trouve de bonnes télés Full HD 3D plus grandes pour le même tarif  (500 € pour 24 pouces, ça pique). Mais ici, les lunettes 3D fournies par Sony ne permettent passeulement  de voir en 3D. C’est en jeu à deux qu’elles révèlent une fonctionnalité qui va plaire.
Au lieu d’afficher une image différente sur chaque œil pour créer une impression de relief, la paire 1 affiche l’image impaire sur chaque œil tandis que la paire 2 affiche l’image paire sur les deux yeux.
C’est la fin du split-screen, chaque joueur voit une image de pleine taille. Certes, en 2D, mais au moins, l’écran n’est pas coupé en deux pour les parties en multijoueur locales. Et ça, c’est un gros pas en avant. Bon, maintenant, on attend la même chose avec les futures télés qui gèreront l’affichage 3D sans lunette. Elles existent déjà en labo.

Wacom Inkling : Le renouveau de la tablette ?

Voilà bien ZE produit qui va intéresser les fans de dessin, et ma liste de contacts, quel que soit le réseau social, en contient un paquet. Cette tablette, produite par Wacom, référence en la matière est à la croisée des chemins entre le dessin sur papier, et la possibilité de griffonner n’importe où et n’importe quand, et le dessin sur ordi, avec toute la puissance des outils associés.

Ici, le stylo, qui gère 1 024 niveaux de pression, écrit réellement, sur du papier ou tout autre support. Le module Wacom, placé en « haut » de la feuille, enregistre les déplacements du stylo et stocke le dessin de manière numérique. Il permet même, et là c’est la cerise sur le McDo, de gérer plusieurs calques.
Une fois de retour chez soi, ou au bureau après une pause déjeuner créative, le transfert vous offre vos dessins, numérisés, directement disponibles sous vos logiciels préférés. Et même en vectorisé si vous préférez. Alors, qui va craquer ? C’est bientôt dispo et ça vaut 170 €.

via LesNumériques

James Bond : La liste de ses voitures

Attention, ce billet sera très long. Pas vraiment pour le texte, mais parce que l’infographie présentée va envahir plus de 13 000 pixels de hauteur sur votre écran. Il s’agit de l’inventaire des voitures de James Bond, et pas de l’ensemble des voitures utilisées (et détruites …) par 007. On notera que certaines sont devenues éternelles, comme la DB5 de Aston Martin, tandis qu’on se demande encore comment d’autres ont pu ne serait-ce que figurer à l’écran.
Un seul regret, si le comptage final fait bien état d’autres types de véhicules, et notamment les motos, celles-ci ne sont pas présentes dans ce très joli résumé. Un fan a-t-il déjà fait ce travail pour les deux-roues ? Si oui, qu’il fasse signe.

James Bond's Cars

via CarBuzz.com suite à un tweet de Pingouin Grincheux :


James Bond’s Cars – INFOGRAPHIC http://t.co/uYH0nGR
@pingouingrinch
Pingouin Grincheux

Migration Free : Quel délai pour la Révolution ?

Après avoir écumé le Web à la recherche d’infos de personnes ayant vécu la douloureuse expérience d’un passage de la Freebox v5 à la v6 dite « Révolution », j’ai décidé de lancer un pari. Débile, car il n’y a rien à gagner et je ne joue finalement que contre moi, mais bon …

J’ai demandé un déménagement de ligne Free, au passage, la Freebox v5 est remplacée par la v6. Pour Free, un déménagement, cela revient à résilier puis réouvrir le compte. Pour la logique, on repassera. Pour le suivi aussi remarquez. Sur l’interface client, je suis actuellement bloqué sur la l’étape 5 :

Etape 5 – Votre Freebox est en cours d’envoi.

Il semble que, depuis quelque temps, cette étape reste active de longues semaines (jusqu’à 36 jours sur certains blogs) avant l’envoi effectif via UPS. En cours d’envoi depuis le 23 août, quand arrivera ma Freebox v6 ? Je table sur le 15 septembre. Qui dit mieux ?

Il a Free, il a du temps devant lui …

Vrais noms sur Google+ : Maître Eolas touché

Il y a ceux qui ne voient pas l’intérêt de cacher son vrai nom sur les réseaux sociaux, et ils ont de bons arguments pour. Il y a également ceux qui aiment bloguer mais ont un vrai souci de discrétion, de par leur métier notamment. Ceux-là aussi ont de bonnes raisons de ne pas vouloir dévoiler leur identité réelle, sans pour autant être de vilans spammeurs et/ou terroristes. L’un des plus célèbres blogueurs/twitto vient de faire les frais de l’obligation d’utiliser son vrai nom sur Google+.


Ah, ça y est, Google+ me fait chier pour mon nom. Au revoir, Google+. Tu as failli être une bonne idée.
@Maitre_Eolas
Maitre Eolas

Mais le bougre en robe n’a finalement pas abandonné Google+ et a obéi à Google. le nom utilisé est à présent plus réaliste. On y voit bien un prénom et un nom. Peut-être faux, peut-être réels.
Aimé Tréolas a donc son compte et n’est plus embêté. Ce que je trouve amusant, c’est le tweet suivant, où Maître Eolas indique que l’obligation de transparence est en fait unilatérale :


Le saviez-vous ? L’auteur du message annonçant la suspension d’un compte Google+ pour violation du « Real Name » ne donne pas son nom.
@Maitre_Eolas
Maitre Eolas

Faites ce que je dis pas ce que fais ?

AndroidWorld.fr, ou la génèse d’une magistrale embrouille

En espérant que vous récupériez rapidement vos matériels et que Benoît Senlis soit retrouvé.

Ce texte est dans les dernières lignes d’un mail que je viens d’envoyer à plusieurs agences de communication de téléphonie. Pourquoi ? Petit retour en arrière. Ho, pas bien loin, rassurez-vous, mais asseyez-vous quand même …

Des bénévoles qui doivent rendre bien des comptes

Le 25 juillet dernier, un tweet attire mon regard dans ma TimeLine :


Nous recrutons des rédacteurs/correcteurs, contactez-nous.
@AndroidWorldFr
AndroidWorld.Fr

Un site, modeste, demande donc des rédacteurs. Soit, mais ça, je n’ai pas le temps. En revanche, relire les actus pour en virer les fautes, ça me semble jouable et ça évitera de publier des articles qui feraient mourir certains lecteurs (dont moi). Cinq minutes après avoir envoyé un mail, j’ai une réponse, positive, précisant que c’était bénévole. D’une, ça me semblait normal, et de deux, ça évite les trucs pourris de ce style.
Les échanges au sein de l’équipe se font via une liste de diffusion dédiée (Mailing List, ou ML). Le soir-même, sur cette ML, ça chauffe : un des piliers se barre, pour divergence d’opinion. Soit, ça peut arriver. Mais très vite, celui qu’on pourrait appeler le Rédac Chef fait preuve d’un despotisme assez inquiétant, exigeant un nombre de publications par jour, et invitant très fortement à cliquer sur les pubs, en changeant si besoin d’IP pour « faire rentrer du pognon ». En ce qui concerne la pression pour des publications, on rappellera tout de même que les contributeurs sont bénévoles et font souvent ça en plus de leur travail. Donc se faire dégommer comme c’était le cas sur la ML, ça reste moyen. D’ailleurs, plusieurs sont partis assez vite. Et pour les pubs, la méthode est assez cavalière …
Mais ça, ce n’est rien, comparé à la suite.

Tour de magie … Disparition !

Le dénommé MrG33k ne donnait pas de numéro de téléphone et ne pouvait donc être joint que par mail. Ou alors, c’est lui qui appelait. Et si j’utilise également un pseudo, j’avoue que j’aime bien savoir à qui je parle. Il m’a alors dit s’appeler Manuel Lambert. Ayant besoin d’aide pour gérer son WordPress et Analytics, il m’a fourni ses codes. Bizarrement, entre Analytics, Adsense et autres, les noms étaient tous différents et il se justifiait en me disant qu’il préférait rester discret, ou que c’était untel qui l’avait aidé au départ et qu’il avait mis le truc à son nom. Bref, vous l’aurez compris, ça commençait à bien sentir l’embrouille.

On est alors début août et je lance ma petite enquête. Si Google est ton ami, entre les sites qui font suivre une info trop vite et les risques de diffamation, le tri est nécessaire, et les recoupements obligatoires. Une chose est claire, MrG33k s’appelle autant Manuel Lambert que moi. Au coup de fil suivant, au lieu de l’appeler Manuel, je l’appelle Benoît. Aucune réaction, ce qui commence à confirmer le faisceau de preuves.
Quelques jours après, le testeur officiel du site se fait quasiment débarquer car un certain Jean-Jacques L. doit prendre le relais sur cette section. Bien évidemment, ledit testeur doit lui envoyer les smartphones qu’il a en sa possession. Une agence de comm lui enverra d’ailleurs du matériel. Ce nouveau testeur ne s’est jamais présenté sur la ML. Et là, subitement, dès que le colis est parti, Manuel Lambert ne donne plus signe de vie. Ni à son équipe, ni aux agences de communication.

Bilan ? Plusieurs téléphones et tablettes dans la nature et un faux nom. Une fois les agences contactées et les renseignements croisés, il s’avère que sur les 4 numéros en notre possession, 3 ne mènent à rien et le dernier tombe sur le répondeur. Il apparaît surtout qu’avant de lancer AndroidWorld.fr, il avait contacté une agence de comm pour se faire envoyer du matériel. Il l’avait fait en prétendant être du staff d’un autre site, et il l’avait fait sous son nom.
Devant le refus de l’agence, il revient à la charge par la suite, après avoir créé son site et changé de nom au passage.

Le premier nom donné ? Benoît Senlis. Bingo, tout est bouclé.
Ce nom était régulièrement remonté quand je faisais des recherches sur ce qu’avait publié MrG33k avant AndroidWorld.fr. Manuel Lambert n’existe pas, mais au regard de ce que remonte également Google quand on tape Benoît Senlis, on peut comprendre qu’il ait souhaité changer de nom.
Quand quelqu’un a eu de tels démêlés avec la Justice par le passé, il a payé, je ne vois pas pourquoi il ne pourrait pas prétendre à revenir dans la vie « normale ». Qu’il recommence, sous un faux nom, à flouer des gens, ça me dérange bien plus. Ajoutons à ça que les sites web ont souvent une réputation de sérieux à bâtir face à la presse papier, et que là, il ne fait pas de la bonne pub, et ça finit de m’agacer.

Pour ceux qui avaient souscrit à l’offre de remboursement pour le HTC Evo 3D, j’ai pris contact avec l’organisme qui avait pris ça en charge, et je vous tiendrai au courant via ce blog sur la suite des évènements. Car une chose est sûre : l’organisme n’a rien reçu de la part de « Manuel Lambert »/ Benoît Senlis. Là bas aussi il joue au mort depuis le 8 août et l’offre est donc morte.

Quand les bénévoles se sont rendus compte de tout ça, il était un peu tard : nos accès pour éditer les articles ou en créer un sont coupés. Il a également changé tous les mots de passe des accès que j’avais.
Détail amusant, il avait promis à des membres de l’équipe de leur offrir des smartphones, fournis dans ce but par les agences de communication. Mises au courant, elles n’ont pas vraiment confirmé …

En résumé ?

Simple. Le site androidworld.fr est à considérer comme mort. Je doute qu’il y ait des updates. Le matériel qui avait été fourni par les agences de comm pour les essais n’est pas perdu pour tout le monde. Soit il le garde, soit il va s’en débarrasser à vil prix par tous les moyens. Dans tous les cas, les personnes concernées ont toutes été informées et les choses suivent leurs cours. Vous pensez bien que ces gens-là ne vont pas rester les bras croisés.
En ce qui me concerne, j’ai donné mes coordonnées complètes afin d’apporter mon témoignage à qui de droit, car j’ai pas mal de mails éloquents.

Moralité : quand on veut jouer à l’escroc de haute volée, il faut s’en donner les moyens et éviter de commettre de telles erreurs. N’en déplaise à Facebook ou Google+, un pseudo protège bien peu. Bien évidemment, la suite sera relatée ici.
Petit message informatif : pas la peine de se lancer dans des démarches pour faire croire que je diffame. J’ai largement de quoi prouver devant la Justice ce que j’avance, et je ne suis pas le seul. À malin, malin et demi.

Jeu : Les consoles portables sont-elles condamnées ?

La question n’est pas neuve, loin s’en faut. Mais devant les chiffres de vente décevants de la 3DS, au point que Nintendo baisse son prix de 40 % en peu de temps,  alors que les smartphones ont réellement décollé, on peut une nouvelle fois s’interroger. Les téléphones actuels ont des caractéristiques très impressionnantes, et même les futures consoles portables leur seront, techniquement, inférieures. Ajoutons à cela un changement du profil des joueurs, et on peut se dire qu’une page va sans doute se tourner.

Un smartphone peut jouer. Une console ne téléphone pas.

La remplaçante de la Sony PSP, nommée PS Vita, est actuellement officiellement détaillée pour le GamesCon, et JeuxVideo.fr en livre certains éléments :

Ecran : 5 pouces (16:9), 960 × 544, Approximativement 16 millions de couleurs, OLED (Touch screen) Multi touch screen (capacitive type)

Pourquoi je ne parle que de l’écran ? Simplement parce que le joueur lambda et occasionnel se contrefout du reste. Le fameux « casual player », ce joueur aux antipodes du gamer acharné, privilégie le fun et le plaisir d’un petit jeu plutôt que les graphismes ultra chiadés d’un jeu qui demandera 20 heures ou plus pour être fini. Et ce client, il représente non seulement la majorité, mais également celle qui est potentiellement la plus apte à investir. Sur la Sony PS Vita, l’écran fait à peine mieux que les récents smartphones, bien qu »un peu plus grand. Dans quelques mois arriveront des téléphones aux écrans de 4,3 à 4,6 pouces avec des dalles de 1280 × 720 pixels (source 1, source 2). Un affichage HD au creux de la poche …

Et ces téléphones permettront de jouer, regarder un film (pour le Seigneur des Anneaux, on oubliera hein), aller sur internet, chatter, filmer et même – une option de folie – téléphoner. À côté de ça, même avec une jouabilité originale pour cause d’écran tactile déporté sur l’arrière de la console, la PS Vita ne peut rivaliser. Et j’imagine mal un joueur occasionnel dépenser 250 €, hors jeux, dans une console somme toute assez limitée quand un téléphone pas beaucoup plus cher lui en offrira bien plus, même au rayon amusement.
Sony Ericsson s’est déjà lamentablement planté avec le XPeria Play, hybride foireux entre un téléphone et une PSP, Nokia avait essayé les plâtres avec l’ignoble N-Gage. Jouer à Uncharted loin de son salon, ça en fera rêver quelques-uns. Mais sont-ils assez nombreux pour assurer la survie d’une console et les frais de développement des jeux à venir ? Rien n’est, à mon avis, moins sûr.

Sega s’est retiré du marché des consoles et produit aujourd’hui des jeux. Nintendo et Sony devraient commencer à envisager la solution suivante : produire des consoles de salon toujours plus poussées, mais sans délaisser le jeu mobile par le biais de jeux adaptables sur les différents smartphones du marché, que ce soit sur iPhone avec l’Apple Store ou Android via le Market.
En regardant vos usages et ceux de votre entourage, vous achèteriez une console dédiées au jeu mobile ?

La barre d’adresse : Finalement pas inutile ?

Je ne sais pas qui a écrit cet article de News Republic ITEspresso (merci Pierre pour la remarque) concernant une arnaque au paiement des contraventions via le Web, mais une des phrases ferait se retourner Tim Berners-Lee dans sa tombe s’il était mort. L’article est ici, lisez-le, il pourra vous permettre d’informer vos connaissances de ce site monté pour s’intercaler entre l’État et le contribuable pour régler ses prunes, en prenant une commission au passage. Mais le souci n’est pas là.

Une barre d’adresse ? Mais pour quoi faire puisque Google existe …

En témoigne ce vilain tour joué aux utilisateurs les plus imprudents. Tout commence généralement par une recherche Google, l’internaute n’étant pas censé assimiler directement des URL et les saisir telles quelles dans la barre d’adresse.

Dites donc les internautes, si le courrier vous précisant qu’il va falloir passer à la caisse précise clairement sur quel site il faut se rendre, en mentionnant bien l’adresse à taper, c’est pour bouffer de l’encre ? Personnellement, les gens qui se font avoir par ce biais, j’ai presque tendance à ne pas les plaindre. Quand à la personne qui a osé écrire la phrase cités au-dessus, sachez que, justement, la barre d’adresse ne devrait pas être ignorée !

Dans la moindre pub, la marque donne bien l’adresse de son site (www.MaSuperLessive.fr), et d’après News Republic, c’est inutile. Un courrier officiel dit que pour payer en ligne, il faut aller sur www.amendes.gouv.fr et on cherche des excuses à ceux qui n’en tiennent pas compte ?
Les neuneus qui vont sur Google pour taper directement l’url du site à visiter et ensuite cliquer sur le premier lien sont les premières victimes de la simplification/complication propagée par les médias généralistes.
Je m’explique : on dit aux gens qu’il peuvent tous utiliser un ordinateur parce que c’est facile. Mais très vite, on leur donne une méthode, perfectible, notamment pour des utiliser internet. Et on leur dit bien de ne pas faire autrement, parce que, hou la la, c’est compliqué l’informatique. Hey, sérieusement, au lieu d’écrire que l’utilisateur ne devrait pas se soucier de la barre d’adresse, une ligne pour dire que cette barre est l’endroit où il faut taper l’adresse du site qu’on veut visiter plutôt que faire une recherche et perdre 10 secondes, ce ne serait pas plus simple ?