Etats (Unis), dette et … Apple

Comme quoi, il n’a pas fallu attendre bien longtemps. Il y a deux mois, je comparais le niveau de la dette US avec les capitaux de Google. Ce matin, le site the Next Web annonce que le trésor de guerre de Apple est supérieur au cash dont dispose le gouvernement des USA …

Apple dispose d’un peu plus de 76 milliards de dollars en réserve, contre 73 pour les USA. Comme l’indique justement TNW, il était courant de dire que certains grosses entreprises étaient plus riches qu’un petits pays. À présent, une entreprise est plus riche que les USA. Et il y a fort à parier que cela ne va pas aller en s’arrangeant. Et si vous n’arrivez pas à vous représenter l’état de la dette US, cette infographie pourrait vous aider.

Animation de sites amateurs, foutage de gueule ?

C’est assez fréquent, surtout dans le domaine de l’actu informatique : des sites amateurs se montent, grimpent en puissance et en renommée, mais ont besoin de matière, et donc d’articles à publier. Pour ce faire, la seule solution entrevue par certains est de multiplier les publications, même si leur qualité chute. Chacun ses calculs hein.
Mais là où ça devient formidable, c’est quand certains osent dire que les « rédacteurs » seront rémunérés et offrent des « salaires » si bas que ça en devient risible. Un exemple, parmi d’autres : Applefrance.fr

Toi aussi, bosse pour 1 € par jour !

L’offre est à lire ici (si besoin, elle est disponible dans le cache de Google).

Newser (H/F)

Vous aurez en charge la rédaction de billet sur le blog.
Vous traitez de l’actualité, mais aussi de sujet plus généralistes.
Vous avez l’esprit critique, la connaissance des produits Apple.
Votre qualité rédactionnelle sera votre atout majeur
Une première expérience serait un plus.

Rémunération : 0.50€/billet – 2 à 3 billets/jour.
Disponibilité : 4 jours par semaine.

Donc, Applefrance propose ici de bosser pour eux pour environ 4 € par semaine, en faisant 2 à 3 billets par jour. Honnêtement, une actu à 50 centimes, il ne faudra pas s’attendre à ce qu’elle soit bien fouillée. Au mieux, elle sera reprise depuis un autre site, souvent en oubliant de citer la source, au pire, ce sera simplement de la merde. Non pas que je critique le travail que fourniront ceux qui répondront à cette offre, mais franchement, être payé 0,5 € pour un billet sérieux, qui demande donc au bas mot une heure de travail, qui en aurait envie ?

Pour devenir très riche, il est possible de leur écrire des tutoriels, là, c’est le Pérou : 2 € le tuto ! Et le pompon, c’est que s’ils ne demandent pas de CV, ils exigent tout de même une photo. Non parce qu’en plus de bosser pour un tarif pakistanais, faudrait voir à pas être trop moche hein.

Scandaleux ? Assurément ! Ce serait si honteux de dire qu’on cherche un bénévole ?

Facebook, Google+ et la fin des pseudos ?

Utilise-t-on forcément un pseudo pour être anonyme ?

Après les premières alertes lancées sur Facebook, c’est au tour de Google+ de mettre le paquet pour stopper les comptes ouverts sous un pseudonyme et non son vrai nom civil. Korben vient de faire les frais de cette purge, et de très nombreux blogs font état de pareilles mésaventures un peu partout. Comme je l’ai déjà dit (sur Google+ d’ailleurs), personnellement, j’ai du mal à comprendre l’intérêt de la chose. Mon vrai nom n’est pas bien compliqué à trouver, mais si je préfère être présent sur les réseaux sociaux sous « P’tit Lu » ou autre, en quoi ça les dérange vraiment ? 95 % de mes contacts du « monde réel » m’appellent par ce nom là, voire ne me connaissent que sous celui-ci.
L’argument de « se cacher derrière un pseudo » est pour la plupart des gens inadapté. Passé l’âge de 15 ans, beaucoup de ceux qui gardent leur pseudo le font pour une toute autre raison que « j’suis un rebelle, j’me cache derrière un sobriquet, on me retrouvera jamais » … Si Google et Facebook veulent me bombarder de publicités contextuelles, je ne vois pas en quoi un sobriquet leur sera moins utile qu’un nom civil. Après tout, si un chanteur céléèbre veut s’inscrire sur Google+, il peut le faire sous son pseudonyme, sans devoir afficher son vrai nom n’est-ce pas ?

Certains auraient même vus leurs compte Picasa et GMail bloqués pour ces raisons. J’attends de voir combien de temps mes comptes vont tenir. Je vous tiendrai informés …

Logiciel : Une pub avec et pour VLC

Surprise ce matin en regardant BFM TV : lors d’une des coupures pub, une voix dit « avez-vous déjà regardé un film … avec un plot ? » tandis que le plot illustré ici à droite tombe du haut de l’écran. Juste après, on voit que l’annonceur est 01Net, à propos de sa rubrique proposant des téléchargements de logiciels. Le nom de VLC est cité, et même s’il n’est pas précisé que ce logiciel ô combien puissant et pratique est issu du monde de l’Open Source et du Logiciel Libre, j’y vois un signe encourageant.

Pourquoi ? Tout simplement parce que les projets GPL à succès sont généralement présents sur plusieurs systèmes d’exploitation, de Windows à Linux en passant par Mac OS. Et si un utilisateur peut garder ses repères pour les logiciels qu’il utilise, l’OS en lui-même devient alors « accessoire » car il ne bride pas l’utilisateur au niveau des logiciels qu’il pourra y utiliser. Et c’est bien là là force principale du Logiciel Libre : montrer aux gens qu’ils peuvent avoir le choix. Et donc, qu’ils sont libres ; ce qui finit toujours par donner de bonnes idées.

Pas de notion de l’argent ?

Quand on vous parle de sommes d’argent avec plusieurs zéros, vous décrochez rapidement ? Voilà de quoi mieux comprendre. L’infographie en question est en anglais, mais elle est aisément compréhensible : www.wtfnoway.com

Passés les jolis premiers tas d’argent, on arrive à 100 millions de dollars. Finalement, c’est « juste » une palette de billets de 100. Pour arriver au milliard (billion en anglais), ça cause déjà un peu plus. Mais la petite phrase présente sous les 1 000 milliards de dollars (un trillion dans le texte) est éloquente :

Si vous aviez dépensé un million de dollars par jour depuis la naissance de Jésus, vous n’auriez pas encore dépensé mille milliards de dollars … mais environ 700 milliards. Le montant dont les banques [américaines] ont été renflouées lors de la crise.

Et là, ça ne remet pas un peu les choses en place ? Attendez, on continue.

Une dette insurmontable ?

Juste après, à côté de la Statue de la Liberté, figure un tas de 15 000 000 000 000 de dollars. Quinze mille milliards de dollars, quasiment le montant maximal de la dette autorisée pour les USA. Un plafond qu’ils s’évertuent à avoir le droit de dépasser. Histoire de sauver la face … pour combien de temps ?  L’article finit par une représentation de la somme de 114 000 millards de dollars, somme dont devraient disposer les USA pour être totalement solvables au regard des dépenses qu’ils devront engager prochainement. Inutile de dire que cette somme n’est pas en leur possession.
On pourrait dessiner des cartons de billets à côté du Parthénon, mais je ne suis pas certain que les rapports soient aussi affolants. Et donc, question, quand un État comme les USA se déclare en faillite, il se passe quoi pour le reste du Monde et au quotidien ? Ne rigolez pas, on ne devrait pas tarder à le savoir …

GroupOn et fausses soldes, un grand classique ?

Alors que les soldes d’été battent leur plein et qu’on va arriver aux 19èmes démarques avec des pourcentages aussi indécents que les résultats d’élections dans les fausses démocraties, un article de LesNumériques rappelle qu’il faut se méfier des promos trop alléchantes. Prenons un exemple simple.

Si juste avant les soldes, un article voit son prix doubler, la promotion du lendemain, affichant 50 % de remise, est-elle une si bonne affaire qu’on pourrait le penser ? Vous trouvez que je grossis le trait ? Ce n’est apparemment pas loin de la vérité de ce que pratique GroupOn sur l’un de ses deals. L’info de LesNumériques vous en apprendra plus, mais cela permet de constater que GroupOn continue de faire parler de lui, et pas qu’en bien. Récemment, c’était l’appel à le prudence d’une vendeuse s’estimant victime de GroupOn qui tournait sur de nombreux sites.

On ne le dira jamais assez : une promo incroyable doit toujours inspirer de la retenue avant de cliquer avec frénésie. Surtout sur le Web, quand on dispose d’outils permettant de comparer les prix. En résumé : attention aux fausses promos et aux offres trop alléchantes. Gardez également une œil sur GroupOn, qui est à mon sens un peu trop souvent présent dans les mauvaises colonnes des sites sérieux pour qu’on fasse aveuglément confiance à cette société qui mise tout sur sa capitalisation boursière.

Vers un fichage des citoyens honnêtes

C’est connu : si vous n’avez rien à vous reprocher, n’ayez pas peur …

C’est fait. La carte d’identité numérique, dont je parlais en avril dernier, est une réalité puisque l’Assemblée vient de l’adopter, comme l’indique Numerama. Durant les débats, un député (je retrouverai son nom dans un instant) avait clairement présenté la chose : « on va ficher les gens honnêtes ». Un fichage généralisé à une telle échelle, c’est du jamais vu, surtout dans un pays dit démocratique.
Officiellement, cette carte permettra de s’identifier « de manière sécurisée » (laissez-moi rire …) sur les sites institutionnels. Mais ensuite ? Allez, dans 10 ans, sans cette carte, impossible d’aller sur internet, qui sera de toute manière filtré « pour protéger les plus jeunes ».

Le plus scandaleux dans l’affaire ? Il y avait 11 députés dans l’hémicycle pour voter cette loi. Oui, ONZE ! Foutage de gueule ? Assurément.