GroupOn, l’envers du décor

Ce texte est repris d’un long billet paru sur FaceBook. Comme tout le monde n’a pas accès à FaceBook, je mets ici une copie du texte de Sylvie Pastur, dont elle reste bien entendu auteur et propriétaire, remis en forme mais sans modification du contenu, hormis le nom complet du commercial. On va éviter de recevoir à nouveau des mises en demeure d’avocats, et ça ne change rien à l’affaire.
Je laisserai un commentaire en fin de texte.

Il y a quelques semaines, je partageais avec vous amis FB mon très grand enthousiasme face au succès remporté avec l’action GROUPON…aujourd’hui je découvre L’ENVERS DU DECOR…je me vois contrainte de cesser mes activités en raison de la publication de 2 deals qui se sont transformés en cauchemar !

EXPLICATION: Le discours du commercial de GROUPON – LAURENT ××××××××, portait sur l’apport d’un porte-feuilles clients à haut pouvoir d’achat et une publicité efficace et rapide.

Lors de sa visite, nous convenons d’un  1er deal portant sur un bon d’achat de 200 € à dépenser sur le mobilier de notre magasin en sachant que le moindre article design coûte au moins environ 500 € et cela peut aller jusqu’à 5000 €, en tenant compte du prix le plus bas nous pouvions couvrir notre prix d’achat et même comptabiliser un petit bénéfice, le but étant de faire connaître le magasin et de fidéliser une clientèle.Ce deal le client l’achetait à Groupon 29 €.

Nous convenons d’un 2ème deal portant sur une séance de coaching déco à domicile de 4H ( prestation normalement facturée 500 € ) liée à un bon d’achat également de 200 € à dépenser sur toute commande de mobilier, ce deal le client l’achetait à GROUPON 49 €, le but de ce coaching étant d’aller au coeur des besoins du client pour relooker son intérieur et ramener des commandes au magasin.

Jusqu’ici rien d’anormal, au contraire…le commercial m’étant conseillé par un ami, c’est en totale confiance que je crois à son discours convaincant…mal m’en a pris, bien malgré moi j’ai fait entrer le loup dans la bergerie !

1ERE ANOMALIE : au moment de signer le contrat le jour de la mise en ligne du 1er deal, le commercial m’informe que vu le bénéfice que je suis censée faire sur mes ventes en raison des mes produits haut de gamme donc relativement  chers, le « WIN-WIN » ( à savoir la commission de 50 % sur le montant du voucher càd.le montant réellement payé par le client – normalement rétrocédée au partenaire commerçant ) disparaît pour une commission 100 % à GROUPON, je marque mon accord malgré tout car je suis moi-même convaincue de faire de belles ventes.

2EME ANOMALIE: Une petite phrase que le commercial m’a dite 2min avant de quitter le magasin revient à mon esprit sans cesse aujourd’hui, une petite phrase qui aurait pu me mettre la puce à l’oreille…je cite  » au fait, j’ai oublié de te dire quelque chose d’important: tu es obligée vis-à-vis de la loi d’avoir au moins un article à 200 € en magasin « .

La voilà la clé pour que le deal fonctionne ! Je l’ai compris plus tard…En effet, tous les clients qui se sont présentés avec leur voucher ( 1er deal ) ont littéralement pillé le magasin de ses petits objets ( bougies, plateaux, vases, lanternes…): résultat ventes à perte puisque l’article vendu 200 € payé par le coupon me coûte à l’achat au moins 100 voire 120 € !

Comment est-ce possible me direz-vous ? Parce que le deal mis en ligne par GROUPON fait mention d’un % de rabais par rapport aux 200 € du bon d’achat et le prix du voucher de 29 € que le client paie en réalité, soit plus de 80 % , c’est donc leurrer le consommateur que de lui faire croire qu’avec son voucher il peut venir retirer un CADEAU de la valeur de 200 € ! Soit une fois ces articles épuisés j’explique à la clientèle Groupon que mes articles sont au min de 500 €, là à ma grande surprise je me vois insultée par plusieurs clients, je reçois des menaces, c’est moi qui suis malhonnête !

Le 2ème deal est mis en ligne à une semaine d’intervalles, je n’ai pas le temps de me rendre compte de l’ARNAQUE puisque les 1ers clients du 1er deal poussent la porte de mon magasin à partir du mardi et c’est le jeudi que le coaching déco est mis en ligne.

Le matin de ce deal, à 10H30 une cliente m’informe par téléphone que déjà 104 personnes ont acheté le deal…j’appelle LAURENT ×××××××× pour lui signifier que je ne vais pas pouvoir assumer plus de 150 coachings  et je lui demande donc de stopper le deal, sa réponse est ferme :  » IMPOSSIBLE d’annuler le deal, mais ne t’inquiète pas on va prolonger la validité du deal de 6 mois à 9 voire 12 mois et de toute façon ce soir à la clôture tu ne dépasseras pas les 300 « . Je fais un rapide calcul dans ma tête et me dis que c’est encore jouable, je ferai appel à une amie architecte d’intérieur pour m’épauler dans la mission coaching que je rétribuerai à la commission sur les ventes.

Nous nous retrouvons avec un tel succès que 673 personnes ont acheté le deal, jusque là je reste toujours enthousiaste et motivée, je compte renforcer encore l’équipe pour satisfaire à la demande. Mon agenda en 4 jours est booké jusqu’en juillet ! qui peut se venter d’avoir un agenda pareil en si peu de temps ?

3EME ANOMALIE: lorsque je prends les rdv, je constate que c’est la Belgique entière qui a acheté ce deal, je dois donc à mes propres frais parcourir toutes les régions, certains clients compréhensifs acceptent néanmoins de participer à mes frais de déplacement, d’autres me font remarquer que ce n’était pas mentionné sur le deal !

4EME ANOMALIE: A l’issue des 15 premiers coachings, le bilan tombe…je me retrouve confrontée à une clientèle uniquement intéressée par mon coaching déco, ils n’utilisent pas leur bon d’achat soit par manque de moyens soit parce qu’ils n’ont aucun besoin ou s’attendent encore une fois à bénéficier d’un article de ce montant sans devoir débourser 1 €.

Me voilà donc contrainte à devoir payer pour travailler et ce durant une année ! Cherchez l’erreur ! C’est du délire ! qui accepterait de signer un contrat de ce type ? Il y a eu clairement DOL et ce volontairement , uniquement dans le but de l’enrichissement pur et simple de GROUPON basé sur des mises en ligne NO LIMIT  !

 

Sur l’ensemble des 2 deals nous totalisons plus de 1000 acheteurs, soit un gain pour GROUPON sous notre enseigne ESCALE DESIGN de +- 50.000 € , et nous rien ! pas un centime ! juste une colère certaine car notre enseigne est salie, nous sommes contraints de cesser nos activités. Tout notre investissement réduit à néant . La seule chose dont nous avons bénéficié c’est effectivement une publicité rapide et efficace mais NEGATIVE !

Au delà du préjudice financier, c’est un préjudice moral, c’est le projet de toute une vie qui s’évapore par ces agissements peu scrupuleux ! Après 15 ans de carrière dans la décoration, j’avais enfin mon propre magasin,c’est comme un bébé,  il aura existé à peine 5 mois ! Toute ma crédibilité s’est envolée car GROUPON se paie le luxe après une rupture de contrat via notre avocat d’envoyer à ses clients une note stipulant que c’est ESCALE DESIGN qui n’a pas pu assumer ses prestations ! on croit rêver !

J’en appelle à vous commerçants également victimes de cette escroquerie GROUPON de nous faire parvenir vos coordonnées via e-mail : info@escale-design.com, nous créons un regroupement afin de faire valoir nos droits !

D’autre part, vous qui êtes client GROUPON, prenez conscience que derrière ces deals alléchants se cachent bien souvent la détresse de commerçants et qu’en tant que consommateur vous entretenez cette machine qui s’enrichit sur le dos d’honnêtes commerçants pour être côtés en Bourse !

J’en appelle à la Presse Financière pour démontrer que les futurs investisseurs – actionnaires du groupe GROUPON seront acteurs de la mise en faillite de nombreux commerçants !

Sachez que je prends probablement des risques en relatant mon expérience car selon le cabinet d’avocats LIEDEKERKE de GROUPON, je devrais cesser d’importuner sa cliente, de la menacer de divulguer quoi que ce soit via la presse, les réseaux sociaux, etc…Ils ont décliné ma demande d’indemnisation pour le préjudice subi.

Comment pouvons-nous accepter de se faire mettre sur la paille et en plus d’être muselé !!!????

Je vous laisse à votre réflexion…moi je ne veux pas d’un MONDE D’ARNAQUEURS IMPUNIS  pour mes enfants !

Bon week-end à vous tous.

Sylvie Pastur – ESCALE DESIGN

Stades de développement : Beta, RC, …

Certes, ce n’est pas très optimiste, mais à la lecture des infos du jour (centrale au Japon qui ne se calme pas, le guide libyen qui en fait autant et Sarkozy qui fait pression pour avoir le droit d’aller bombarder la Libye pour soutenir des gens qu’il a laissé se faire exterminer), j’avoue que c’est la première pensée qui m’est venue, résumée en quelques mots sur Twitter.

C’était en réponse au Nain Posteur :

Japon avec ses catastrophes, front Libyen qui semble dégénérer, Pays du Golfe vs Iran qui se chauffent … pour le moment 2011 part mal :'(

@GillesMorel 2011 c’est la Beta. Dans un an la RC et fin #2012 la finale … ou Le Final.

Et finalement, sans surfer sur la vague du « On va tous mourir en 2012, les Mayas l’avaient prédit », alors que de plus en plus de gens pensent vraiment que, de toute manière, la situation de nombreux pays ne pourra pas tenir plus d’un an sans une dramatique et radicale évolution, même en France, il faut bien avouer qu’avec très peu de recul, tout semble aller de mal en pis, et en s’accélérant qui plus est.

En 2011, on est au bord du gouffre. Fera-t-on ce grand pas en avant dès 2012 ?

N.B. : et pour celles et ceux à qui ce concept est totalement étranger, voici les explications de ce que sont les termes beta et RC en informatique.

Promis, tout va bien

Malgré ce que le titre pourrait laisser penser, ce billet n’aura pas pour objet la déliquescence actuellement observable sur notre planète, finalement de moins en moins bleue, comme son ciel et notre avenir.

Non, de manière plus nombriliste, je venais simplement vous dire que ce blog c’est pas à l’abandon. Il se trouve que le développement de mon magazine L’Équipement.fr me prend (mais alors vraiment !) beaucoup de temps. Ce n’est pas l’envie d’écrire ici qui manque, ni les sujets, bien au contraire, car il y a de quoi parler des heures, tant sur les dérives sécuritaires que les énormités lues ça et là dans une presse généraliste qui n’en finit pas de sombrer dans une misère qui ferait presque rire si ça n’était pas tragique en de tels instants.
Ces informations vues avec un bon œil sont déjà traitées sur des sites spécialisés qui permettent de conserver un esprit critique. Si vous me lisez, vous avez vous aussi, j’en suis certain, déjà ces sites dans l’historique de votre navigateur car je les ai souvent cités.

Donc non, ce blog n’est pas mort. Promis, dès que je trouve un peu de temps, je vous parle de Android 2.3.3 sur mon HTC Desire, du comportement de Sony, de cette loi qui veut connaître vos mots de passe en temps réel et de tout le reste. Mais ce sera pour dans quelques jours.

Contrôle du Web : On y vient

Cet article de Numerama risque d’en faire bondir plus d’un. Il va être demandé aux hébergeurs de contenu de conserver les mots de passe de leurs utilisateurs.
Cela touche également les particuliers qui gèrent un forum. L’objectif annoncé est de pouvoir permettre aux services anti-terroristes d’espionner légalement le compte de prétendus terroristes. C’est marrant, on ne le voyait pas venir cet argument éculé …

Techniquement, c’est déjà un souci, car quelqu’un étant un minimum compétent et soucieux de la sécurité de ses utilisateurs ne conserve pas les mots de passe « en clair », mais sous forme cryptée. Donc, il est possible de changer immédiatement le mot de passe d’un utilisateur, mais pour retrouver le mot de passe d’origine quand on ne dispose que de sa somme MD5, il faut « un peu » de temps. Et je n’ose imaginer qu’on force les hébergeurs à garder une base de données séparée avec les mots de passe en clair. Quid de la sécurité, notamment quand le compte en question enregistre des informations très sensibles, comme les numéros de carte bancaire. J’attends avec impatience qu’un rigolo arrive à accéder aux mots de passe de sites de vente en ligne et provoque une fuite géante de codes bancaires, suite à la parution de ce décret français. Et les sites basés à l’étranger, on les force à se plier à une loi qui les fera bien rire ?

Le terrorisme, meilleur ami des glissements vers un État totalitaire

Une fois de plus, un prétexte qui pourrait sembler valable est utilisé pour imposer doucement mais sûrement un contrôle du Net. Des fois que les gens s’y sentent trop libres et osent en faire un lieu de discussion. Ou pire, de réflexion …
Car sans être paranoïaque, on ne peut s’empêcher de se demander si l’argument du « donnez-nous le mot de passe de l’utilisateur xyz, on le suspecte de terrorisme » ne viendra pas à tout bout de champ, simplement parce que ledit utilisateur a tenu en public des propos « dérangeants » et qu’on aimerait pouvoir lire ses messages privés (sur un forum) par exemple.

En bref, le postulat est simple : on vous impose d’abandonner toute velléité de liberté individuelle pour combattre le terrorisme. Si vous refusez, c’est que vous aimez les terroristes. Imparable, démago, et finalement, c’est un comportement qu’on peut résumer en un seul mot, lourd de sens d’après l’Histoire, mais comment y voir autre chose ? Ce mot en totale opposition avec ce que clament les gouvernants, qui regardent les frontons des mairies sans comprendre que Liberté n’y avait à la base pas été écrit pour rien, c’est totalitaire.