TVA : Free et ses nouveaux tarifs

Ce billet est la suite − ou plutôt la version longue − du commentaire que je viens de poster sur l’excellent blog du Nain Posteur à propos des augmentations à venir des tarifs de Free, et notamment de cette application des nouveaux taux de TVA. On en parle déjà partout, je ne répèterai donc pas la base des annonces. La TV chez Free va coûter 1,99 € à ceux qui souhaitent utiliser l’option (bientôt facultative donc) ? Tant mieux pour tout le monde !

Contrairement à beaucoup, je ne vais pas me plaindre pour l’option TV. Ceux qui avant ne l’utilisaient pas (et la payaient pour rien) payeront toujours autant, sans avoir accès à la TV. Ceux qui l’utilisaient, et sont donc soumis de plein fouet à cette hausse de la TVA, payeront ladite TVA. Les hurleurs qui disent qu’ils ne veulent pas payer le même prix pour un douple-play quand ils n’avaient pas l’usage de ce triple-play sont tellement … Français (à râler pour le sport) 😉
En revanche, je suis comme le Nain Posteur, à me demander quelle est la justification de cet « accès à la boucle locale » facturé 5,99 € sans autre explication.
Pour ceux qui ne sont pas dégroupés, là, ce n’est plus un coup de massue, mais un coup de Jarnac, qui fait que pour plus cher, on aura tout juste autant qu’avant, voire moins, et ça, Monsieur Niel, ça va faire beaucoup de mal à l’image de votre enreprise, les clients vont passer du « j’ai Free, j’ai tout compris » à « j’ai Free, j’ai plus tout, mais j’ai rien compris ».

En ce qui concerne les sangsues d’ayant-droits à qui l’ont doit déjà les taxes pour copie privée, les DRM, HADOPI et autres chinoiseries du Web français, j’irai cracher sur leurs tombes.

Ultime question : pourquoi personne dans les médias ne se scandalise d’une TVA qui fait gonfler les prix quand elle augmente, mais ne les pas fait baisser quand elle est passée de 19,6 % à 5,5 %, parfois sur la moitié du tarif, même quand la TV n’était pas disponible ?

Twitter : Nouveau nom actif

Je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi rapide ! Après ma demande de la mi-journée pour récupérer le nom d’un compte inactif sur Twitter, j’ai reçu un mail de l’assistance me disant que le pseudo était désormais accessible au « premier arrivé ».

Ce pseudo anciennement inactif est désormais accessible au premier venu. Faites vite !
Message privé envoyé par Aide aux twitteurs (@Assistance) à vous (@MechanteMiette) le Dec 15, 11:21 PM.

Ni une, ni deux (quelle expression inadaptée … comment peut-on faire en moins de « 2 » s’il n’y a pas d’unité ?), j’ai donc repris le pseudo que je visais au départ. Le compte Twitter de @MechanteMiette est à présent à remplacer par @PtitLu si vous me suiviez ou comptiez le faire.

Twitter : Changement de nom en vue

Si vous souhaitez changer de compte sous Twitter − ou si vous vous demandez bien pourquoi on peut souhaiter le faire, je vous invite à lire ce billet : http://www.alexdelivet.com/2010/12/15/pourquoi-et-comment-changer-de-nom-sur-twitter/

Pour ma part, j’ai eu le souci à la création de mon compte Twitter. Actuellement sous le pseudo @MechanteMiette, j’ai dû laisser de côté le @PtitLu initialement désiré car il était occupé. Or, il est inactif depuis plus de 2 ans et demi ! Je vous tiendrai bien évidemment au courant de ma demande de changement de nom sur Twitter, via Twitter et ce blog.

Mise à jour, à peine quelques heures plus tard : Le changement de pseudo est effectif.

Glympse, l’appli Android pour les inquiets

Avec un téléphone mobile, on est repérable assez simplement. Non, je ne parlerai pas du flicage qu’on peut légitimement craindre de la part de certains États ou sociétés.

Ici, le suivi en question est volontaire et peut même être utile. En cas de long trajet pour rejoindre la famille, et la période de Noël s’y prête bien, qui n’a pas déjà eu droit au coup de fil obligatoire, simplement pour indiquer où il en était sur le trajet ? On peut aussi citer le classique « Mais b*rdel, t’es où ? » quand on est en retard pour une réunion importante.
Pour ces deux cas, j’ai bien accroché sur l’application Glympse. Elle n’est pas spécifique à Android car on la trouve également sur iOS (Phone) et Windows Mobile.
On définit soi-même la durée pendant laquelle on peut être suivi en temps réel, de 5 minutes à 4 heures (et pour les très longs trajets ? On lance un nouveau Glympse …) et on choisit qui peut le voir. Les personnes sont averties par mail ou SMS.

Bingo, plus besoin d’envoyer des SMS ou de passer des appels juste pour dire qu’on est dans un bouchon sur la 4 voies, ou qu’on est à mi-chemin, aux abords d’un bled totalement perdu. On peut même choisir d’afficher la vitesse à laquelle on se déplace. Option à utiliser avec parcimonie …

Ta mère s’inquiète quand tu prends la route ? Envoie un glympse et soulage ta conscience. Elle ne sait pas aller sur le net et continue à t’appeler toutes les 10 minutes ? Pas d’bol !

Lien vers le site de Glympse et une vidéo de présentation (en anglais dans les deux cas) : www.glympse.com

Clementine, lecteur de musique savoureux

Depuis mon dernier billet à son sujet, et comme annoncé, j’ai dégagé Amarok, remplacé par Clementine, un lecteur qui est finalement ce que Amarok2 n’a jamais su être. Malgré tout, quelques fonctions me manquaient, comme la gestion des listes de lecture dynamiques (obligatoire au travail) ou l’affichage des paroles, parfois bien sympathique.

À croire que je n’étais pas le seul, car la version 0.6 de Clementine, tout juste disponible, propose tout ceci. Si vous utilisez Amarok mais pestez régulièrement à propos de sa lourdeur et de son interface gloubiboulguesque, vous n’avez plus aucune raison de ne pas franchir le pas. D’autant plus que certains plasmoids sont désormais adaptés à Clementine. Sous KDE par exemple, le plasmoid « en écoute » affichera à présent le titre et la jaquette du morceau diffusé ainsi que les boutons de contrôle.

Clementine en version 0.6, on est sur une très bonne voie.

Utiliser l’expérience du passé

En repartant sur les bases de la branche 1 de Amarok, les développeurs ont fait un choix à mon avis payant. Les ajouts de cette version 0.6 apportent une maturité étonnante et agréable pour une version si « jeune ». Malgré tout, il faut souhaiter que le projet ne partira pas « dans tous les sens » comme avait pu le faire Amarok, qui s’était finalement éloigné de ce que voulaient les utilisateurs pour devenir une chimère appréciée de ses propres créateurs. Certes, il doit être difficile de savoir quand s’arrêter et si l’adage disant que « le mieux est l’ennemi du bien », la limite est souvent ténue. Mais Amarok2 étant un exemple encore en activité de ce qu’il ne faut pas faire, les développeurs de Clementine ont tout ce qu’il faut pour ne pas reproduire les mêmes erreurs, enfin je l’espère.

Site de Clementine : www.clementine-player.org

Quand la NASA oublie l’espace et regarde sur Terre

Bon, Japet peut encore nous faire rêver … La NASA fera son annonce dans quelques heures, mais les fuites ont commencé. Ils ont découvert une nouvelle forme de vie … sur Terre. Une bactérie vivant dans le lac Mono aurait un ADN sans rapport avec celui des êtres vivant sur Terre.
Hydrogène, azote, oxygène, phosphore et soufre : alors que tous les ADN « terriens » sont composés de ces 6 éléments chimiques, cette bactérie serait composée d’arsenic. Et la NASA est contente d’annoncer que ça signifie que la vie peut se développer de manières totalement différentes de ce qu’on trouve sur Terre. Hey, ils sont vraiment à l’agonie pour la chasse aux budgets à la NASA ? On se doute bien que le modèle de notre planète ne doit certainement pas être l’universalité.

On trouve au fond des océans des animaux qui vivent dans des eaux surchauffées et saturées en soufre, ce qui semblait impossible il y a encore 100 ans. Et là, trouver une forme de vie totalement inconnue dans un lac qui contient 2,5 fois plus de sel par litre que les océans serait LA découverte ?
Dites, les scientifiques de la NASA, si vous recommenciez à tourner vos regards et vos télescopes vers l’Espace ?

Oui je piratais, mais ne le faites pas

Schizophrénie ou foutage de gueule ? On est en droit de se poser la question quand on entend quelqu’un comme Calogero déblatérer autant d’âneries en quelques minutes.
Suite à l’article de PC INpact, j’ai écouté l’intervention de Calogero sur RMC. L’artiste, qui a toujours soutenu HADOPI y a tenu un discours exécrable.

Passons rapidement sur le fait qu’il soutient HADOPI tout en estimant que ça ne sert à rien. Non, ce qui me fait bondir, c’est qu’il ose dire trouver scandaleux que des jeunes piratent de la musique avant de décalrer que lui a piqué des disques quand il était jeune et qu’il n’avait pas les moyens de les payer.
Certes, le travers est connu : faites ce que je dis, pas ce que je fais. Mais là, parler de la nécessité de verrouiller internet quand on est incapable de comprendre que le « piratage » occasionné par les particuliers n’est pas pire que ce qu’il faisait en étant gamin, ça a tout de même tendance à me filer la gerbe.

Et quand il déclare que depuis 15 ans, il ne « pige rien à internet », on n’a aucune peine à le croire … Ce qui serait bien, c’est qu’il se pose en revanche des questions sur la part de la politique des maisons de disques dans le fait que les gens achètent de moins en moins de musique. Mais pour ça, il lui faudrait réfléchir, ce qui est plus fatigant que gueuler comme un putois au micro d’une radio. Qui plus est en se ridiculisant.

Perdu, ce ne sera pas Japet

Il y a des phrases qu’on pensait ne jamais lire dans un communiqué officiel, même en étant féru de science-fiction et, souvent, un doux rêveur. La nouvelle a été relayée dans la majorité des quotidiens et − forcément − sur nombre de sites web.

La Nasa tiendra une conférence de presse à 14H00 (19H00 GMT) jeudi 2 décembre pour discuter d’une découverte en astrobiologie qui aura des conséquences sur la recherche de preuves de vie extra-terrestre.

Ne nous emballons pas. J’imagine mal la NASA dire tout de go qu’ils ont découvert des villes complètes sur une autre planète …Il s’agirait apparemment de « fortes présomptions » sur ce qu’il se passe à la surface de Titan, un des 53 satellites naturels de Saturne. Déjà, durant l’été, plusieurs articles en parlaient, comme ici chez Science et Avenir : les différentes mesures effectuées à propos de l’atmosphère de Titan indiqueraient la présence d’organismes respirant de l’hydrogène et se « nourrissant » d’acétylène. De la taille de microbes, ils seraient la seule explication à la quantité d’acétylène anormalement basse à certains endroits de Titan si la planète était aussi « morte » qu’on l’imaginait jusque là.

Dans son roman 2001, a Space Odyssey, Arthur C. Clarke avait plutôt utilisé Japet, autre lune de Saturne, comme point central de l’œuvre, là où se situe le monolithe géant ouvrant le passage vers d’autres points de l’espace. Déjà amusé par le survol de Japet par la sonde Cassini/Huygens, que penserait Clarke (décédé en 2008) de la révélation qui doit être faite par la NASA dans quelques heures ?
Grand fan de la série 2001,2010,2061 et 3001, j’avoue que j’aurais aimé que Japet se trouve finalement au centre de révélations d’importance de la part de l’agence spatiale américaine. Perdu, ce ne sera pas Japet, mais Titan. Allez, ne boudons pas notre plaisir, c’est presque la porte à côté.

Mise à jour : En fait, cette conférence de presse était faite pour annoncer la découverte du bactérie sur Terre