Général

SRI, un acronyme qui vous veut du bien

Non, je ne parle pas du RSI, auquel tout créateur d’entreprise a rapidement affaire, pour les cotisations sociales. Celui-ci, ça fait mal à payer, mais c’est légal.
Le SRI se présente sous la forme d’une belle feuille à l’allure très austère. Tellement austère qu’on dirait bien un papier officiel. Y figurent le nom de la société qui reçoit le courrier, son numéro SIREN (des renseignements publics) et un montant. 249 €, à payer pour on ne sait pas trop quoi, le document est très flou à ce sujet. Cliquez sur l’image à droite pour le voir en pleine taille.

En jetant un œil à l’arrière de cette feuille, on comprend vite qu’il s’agit d’une énième version du faux contrat. En fait, la facture et le contrat sont une seule et même feuille. Signer ce document implique donc d’accepter le contrat, qui est on ne peut plus risible. L’offre est en effet d’apparaître sur un annuaire en ligne (lequel ? rien n’est précisé) parmi la liste des entreprises de la ville (offre de base) ou du département (certainement plus cher). Mais comme ils font les choses bien, il est précisé que devant le nom de l’entreprise se trouve une « pastille animée par un clignotement ». Chouette, une merdouille qui clignote, pour 249 €, ça fait rêver ! Surtout que l’insertion dans leur annuaire est pour trois mois… Comble de la blague, sur leur annuaire au nom complètement affligeant, les entreprises sont déjà référencées (de manière automatique je suppose). Donc, il faut payer près de 250 €, pour trois mois, afin d’avoir droit à un splendide gif animé clignotant sur un annuaire dont personne n’a jamais entendu parler et que personne ne visite.

Bref, que vous veniez ou non de créer votre entreprise, si vous recevez un courrier du SRI (édité par la SAS Amon), jetez-le directement, [morceaux de phrase supprimés suite à une menace sérieuse de procès pour diffamation. Mars 2010]. Détail croustillant, SRI signifie Société de Référencement sur Internet, mais leur site est impossible à trouver. Même l’annuaire ne se trouve pas simplement. Vendre du vent, il faut croire que ça rapporte.

Edition, été 2010 : Tiens, le nom de l’annuaire, qui était (accrochez-vous) KoiKéOù a changé. Mais c’est le même business derrière tout ça, et les mêmes méthodes commerciales.

  • Séverine

    Bonjour,je me suis faite avoir comme une bleue je vais tt faire pour récupérer ma somme de 249euros si quelqun à une idée des infos n hésitez pas a me contacter au 0634151320 merci à bientôt.Séverine 24ans jeune auto entrepreneur.

  • Histoires De Photos

    depuis la création de mon entreprise j’ai reçu 2 courriers intitulés RSI. La première fois je n’y ai pas prêté attention plus que ça toutefois sans payer, je me suis dit que s’il fallait vraiment payer je verrai sur un rappel. lorsque j’ai reçu la deuxième, je me suis renseigné et je suis ici aujourd’hui. Je constate donc qu’il s’agit visiblement d’une belle arnaque.
    il est à signaler quand même que c’est écrit en tout petit en bas de la page que l’offre est facultative et uniquement à but publicitaire, donc il faut lire jusqu’au bout tout les documents reçu.
    merci à tous et je vous souhaite de prospérer dans vos entreprises respectives.

  • pablo

    Le pire c que maintenant il s’appelle RSI et demande 653 € !!!!!

  • Pablo, attention c’est sans doute le vrai RSI là …

  • ndeloos

    Bonjour à tous et un grand MERCI
    J’ai reçu aujourd’hui cette lettre du S.R.I et grâce a vous je ne suis pas tombé dans le panneau!!!!

  • Je viens de recevoir le courrier, j’allais faire un billet exaspéré et ai découvert celui-ci. Je viens apporter mon « +1 ». Voici le message envoyé directement à ces parasites sur leur site :
    « Messieurs,
    En tant que créateur (d’une seconde) entreprise, j’ai reçu aujourd’hui votre pitoyable « enregistrement ».
    Quand on travaille depuis des années à motiver la création d’entreprise en France et à démontrer l’apport d’internet, des actions de parasitisme comme la votre font honte.
    Je ferai à l’avenir mon possible pour citer votre action en exemple de ce qu’il ne faut pas faire auprès de l’ensemble de mes contacts publics comme privé, dans mon activité professionnelle comme associative.
    Guillaume Buffet »